Le procureur Alberto Nisman retrouvé mort à son domicile, alors qu'il enquêtait sur les attentats de 1994 à Buenos Aires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le procureur Alberto Nisman retrouvé mort à son domicile, alors qu'il enquêtait sur les attentats de 1994 à Buenos Aires
©

Enquête

Le procureur Alberto Nisman retrouvé mort à son domicile, alors qu'il enquêtait sur les attentats de 1994 à Buenos Aires

Il devait présenter ce lundi des preuves de son investigation devant une commission parlementaire.

Le procureur argentin Alberto Nisman, qui enquêtait sur l'explosion d'une bombe à Buenos Aires devant le siège de la mutuelle juive AMIA le 18 juillet 1994, a été retrouvé mort à son domicile dans la nuit de dimanche à lundi. Depuis 2004, Alberto Nisman était chargé d'enquêter sur cet attentat qui avait coûté la vie à 85 personnes et causé des centaines de blessés. Il avait notamment accusé la présidente argentine, Cristina Kirchner, d'avoir tenté de couvrir plusieurs suspects iraniens.

L'homme de 51 ans, qui était sous la protection d'une dizaine de policiers, est mort à son domicile de Buenos Aires alors qu'il devait présenter ce lundi des preuves de son investigation devant une commission parlementaire. 

"Nous enquêtons sur les causes du décès (…) J'en appelle au sérieux et à la prudence" a déclaré la procureure Viviana Fein. Une arme et un chargeur a-t-elle également ajouté. Alors qu'une autopsie sera bientôt pratiquée, plusieurs sources à Buenos Aires affirment que Nisman est mort d'une balle dans la tête. 

D'après Alberto Nisman, Cristina Kirchner et son ministre des affaires étrangères Hector Timerman auraient tenté de raviver les liens diplomatiques et commerciaux entre l'Argentine et l'Iran, grâce à une "commission de vérité" dont le but officieux aurait été de faire annuler cinq mandats d'arrêts émis par Interpol contre des suspects iraniens. Le procureur Nisman affirmait s'être appuyé sur des enregistrements téléphoniques  pour soutenir ces accusations.

A moins d'un an de la prochaine échéance présidentielle, le gouvernement argentin a démenti les accusations de Nisman, et dénoncé une manœuvre de déstabilisation. De son côté, Téhéran a toujours nié avoir financé l'attentat du 18 juillet 1994, dont l'accuse la justice argentine depuis plusieurs années. 

 

 

Lu sur the Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !