Le Premier ministre grec assure que son pays n'a pas besoin d'un troisième plan d'aide | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Premier ministre grec assure que son pays n'a pas besoin d'un troisième plan d'aide
©

Tout va bien, Madame la Marquise

Le Premier ministre grec assure que son pays n'a pas besoin d'un troisième plan d'aide

Dans un entretien au Bild ce lundi, Antonis Samaras a rappelé que la Grèce comptait sur un allègement prochain de sa dette.

"Nous atteignons notre objectif avec l'actuel plan d'aide, et cela fonctionne." C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre grec, Antonis Samaras, dans un entretien accordé au tabloïd allemand Bild à paraître ce lundi. Selon lui, la Grèce n’a pas besoin d’un nouveau plan de sauvetage.

"Il y a un accord avec l'UE qui prévoit que si nous atteignons nos objectifs, parmi lesquels un excédent budgétaire primaire, nous pouvons compter sur un allègement de notre dette, par exemple sous la forme de maturités plus longues et de taux plus bas", a également déclaré Antonis Samaras. Athènes table sur un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) pour 2013, qui sera "significatif", a insisté le Premier ministre grec. "Avec nos progrès, nous dépassons dès maintenant toutes les attentes", a-t-il estimé.

Vers la fin du deuxième plan d'aide, à la fin de l'année, "s'il y a un besoin financier particulier, et je suppose qu'il y a un certain besoin financier, nous serons prêts à parler de mesures supplémentaires, si la Grèce a d'ici là répondu aux exigences", avait déclaré le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, dimanche sur la chaîne de télévision ARD. Avant de poursuivre : "Concernant les réformes structurelles, la Grèce n'a pas encore fait tout ce que le Troïka estime nécessaire."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !