Le prélèvement à la source reporté en janvier 2019 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le prélèvement à la source reporté en janvier 2019
©JOEL SAGET

Report

Le prélèvement à la source reporté en janvier 2019

C’est le Premier ministre lui-même qui en a fait l’annonce auprès des lecteurs du Parisien.

Au final, ce n’est pas d’ici un an et demi que le prélèvement à la source verra le jour. Il a été reporté à début 2019et c’est Edouard Philippe lui-même qui en a fait l’annonce alors qu’il était interrogé par les lecteurs du Parisien. « C’est une bonne réforme car elle permet d’ajuster en temps réel la perception de l’impôt à l’évolution de vos revenus » déclare le locataire de Matignon. « Nous allons décaler sa mise en œuvre (…) pour une raison simple : de juillet à septembre, nous allons tester le dispositif dans des entreprises volontaires et réaliser un audit » ajoute Edouard Philippe.
 
A l’origine pensée par Michel Sapin et Christian Eckert sous François Hollande, la réforme devait déjà entrer en vigueur en janvier 2018, la réforme prévoit que l’impôt soit directement prélevé sur le salaire et calculé sur l’année en cours contrairement à l’année d’avant comme il est d’usage aujourd’hui.
 
Pour les salariés, l’impôt sera prélevé par les employeurs, la caisse de retraite s’occupera des retraités et les travailleurs indépendants eux, verseront un acompte mensuel ou trimestriel.
 
« S’agissant de l’argent des Français et des recettes de l’Etat, je ne veux pas m’engager dans cette réforme sans avoir la certitude que, techniquement, tout se passera bien, ajoute le Premier ministre. On va utiliser l'année qui vient pour garantir que le dispositif sera opérationnel et simple pour les employeurs et notamment pour les petites entreprises » enfonce Edouard Philippe.
Lu sur Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !