Le pédophile belge Marc Dutroux avait pour projet de créer une "cité souterraine" d'enfants dans des galeries de mines | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Selon "Soir Mag", Marc Dutroux s'était fixé pour objectif "d'enlever énormément d'enfants".
Selon "Soir Mag", Marc Dutroux s'était fixé pour objectif "d'enlever énormément d'enfants".
©Reuters

Terrifiant

Le pédophile belge Marc Dutroux avait pour projet de créer une "cité souterraine" d'enfants dans des galeries de mines

Entre 1996 et 2003, Me Julien Pierre a été l'avocat de Marc Dutroux, et rapporte aujourd'hui une conversation entretenue avec le pédophile condamné à perpétuité

Selon les révélations publiées mercredi 9 mars par l'hebdomadaire belge "Soir Mag", Marc Dutroux s'était fixé pour objectif "d'enlever énormément d'enfants" et de "créer une sorte de cité souterraine" dans des galeries qui étaient autrefois des mines. 

Entre 1996 et 2003, Me Julien Pierre a été l'avocat de Marc Dutroux, et rapporte aujourd'hui une conversation entretenue avec le pédophile condamné à perpétuité : "Est-ce que vous vous rendez compte que personne ne s'est jamais demandé pourquoi j'avais choisi cette maison-là, cette région-là (…) Mon idée, c'était de commettre énormément d'enlèvements d'enfants et de créer, dans ces galeries de mines, une sorte de cité souterraine où régnerait le bien, l'harmonie, la sécurité", lui aurait confessé le pédophile. 

"C’était impressionnant d’entendre Dutroux raconter cela. Croyez-moi, aujourd’hui, je sais vraiment ce qu’est un psychopathe, probablement mieux que beaucoup de psychiatres On est passé à côté de la personnalité de Dutroux", estime quant à lui l'avocat interviewé par Soir Mag.

Lu sur Le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !