Le patron qui avait divisé son salaire pour donner plus à ses employés en proie à des difficultés financières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le patron qui avait divisé son salaire pour donner plus à ses employés en proie à des difficultés financières
©

Bonne poire

Le patron qui avait divisé son salaire pour donner plus à ses employés en proie à des difficultés financières

Plusieurs employés ont quitté l'entreprise et des clients sont également partis.

Il était le patron Robin des Bois, star du web. En 2014, Dan Price, PDG de la start-up américaine Gravity Payments (une start-up spécialisée dans les moyens de paiement) avait décidé de diviser son salaire par 14 pour garantir à ses 120 salariés un revenu minimum de 70.000 dollars par an (soit environ 5.400 euros par mois).

Une initiative bien sympathique et qui a fait le buzz sur le Net. Au départ, tout allait bien. Des nouvelles commandes arrivaient sur le bureau du patron à la suite de ce geste fort louable.

Mais aujourd'hui, Dan Price doit se mordre quelque peu les doigts de sa générosité. Les salaires des nouveaux employés embauchés pour gérer le surplus de commande ont fait fondre les bénéfices. La jalousie a d'ailleurs commencé à se répandre dans la rédaction. Les meilleurs éléments de Dan Price ont ainsi quitté la boîte, déçus de voir que les nouveaux employés bénéficiaient eux aussi de l'augmentation.

Par ailleurs, ses clients ont modérément apprécié ses initiatives et l'ont considéré comme une position politique tranchée. Selon le New York Times, ils ont donc tout simplement préféré fuir.

Et les tensions sont même remontées au niveau familial. Le propre frère de Dan Price, cofondateur et actionnaire de Gravity Payments, a quitté son poste avant d'attaquer d’attaquer le PDG en justice "pour désaccords dans la gestion", et l'accusant d'avoir pris des millions de dollars de l'entreprise pour lui.

Lu sur 20minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !