Le pape François s'attaque aux "fake news" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François s'attaque aux "fake news"
©Max Rossi / Reuters

Que la vérité éclate

Le pape François s'attaque aux "fake news"

Dans un message annuel sur la communication, le pape François s'est prononcé contre la tentation des "fake news".

Dans un message annuel sur la communication à l’occasion de la Saint François de Sales, patron des journalistes, le pape François est longuement revenu sur un épisode biblique ce mercredi 24 janvier. Celui d’Ève qui fut en proie à la tentation pour se saisir du fruit défendu. Ainsi, il a voulu attirer l'attention des présents sur les "fake news". En effet, pour le pape, les arguments trompeurs du serpent sont comme "la première des fake news".

"L’antidote le plus radical au virus du mensonge est de se laisser purifier par la vérité"

Depuis la nuit des temps, "il faut démasquer ce qui pourrait être défini comme la logique du serpent, capable partout de se dissimuler et de mordre", a prévenu le pontife argentin. Et comme l’épisode biblique l’illustre, "aucune désinformation n’est inoffensive ; de fait, se fier à ce qui est faux, produit des conséquences néfastes. Même une distorsion apparemment légère de la vérité peut avoir des effets dangereux". Selon lui, dans le monde actuel, la propagation des fausses nouvelles "peut répondre à des objectifs fixés, influencer les choix politiques et favoriser des gains économiques" et leur efficacité reste liée à "leur nature mimétique, à la capacité d’apparaître plausibles".

>>> À lire aussi : Pourquoi les fake news sont parfois utiles 

"L’antidote le plus radical au virus du mensonge est de se laisser purifier par la vérité", a déclaré le pape. En outre, il a expliqué comment est-il possible de discerner la vérité du mensonge. C'est simple, il faut s’intéresser à leurs fruits et à voir "s’ils suscitent la controverse, fomentent les divisions, insufflent la résignation ou si, au contraire, ils conduisent à une réflexion consciente et mûre, au dialogue constructif, à une dynamique fructueuse".

"Un journalisme de paix"

In fine, le pontife argentin a insisté sur la "mission" du journaliste, "gardien des nouvelles". Il a ainsi appelé à promouvoir "un journalisme de paix", "hostile aux faussetés, aux slogans à effet et aux déclarations emphatiques". Le journaliste ne doit pas brûler "les nouvelles", "mais" doit "s’engage(r) dans la recherche des véritables causes des conflits". Il doit être "engagé à indiquer des solutions alternatives à l’escalade de la clameur et de la violence verbale", a conclu le pape François. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !