Le nouveau leader de FO veut "un moratoire" sur la réforme de la SNCF | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le nouveau leader de FO veut "un moratoire" sur la réforme de la SNCF
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Ca coûte rien de demander

Le nouveau leader de FO veut "un moratoire" sur la réforme de la SNCF

Pascal Pavageau estime qu'un gel de la réforme est nécessaire pour une reprise sereine des négociations.

Nouvellement élu à la tête de Force ouvrière, Pascal Pavageau était ce dimanche l'invité du Grand Jury Le Figaro-RTL-LCI. En ce weekend de grève de la SNCF, le sixième épisode de la "grève perlée" mise en place par les syndicats, il a demandé le gel de la réforme, adoptée en première lecture à l'Assemblée nationale.

"Si vous voulez que les choses se tassent, vous gelez la réforme et vous reprenez le dialogue, vous prenez le temps", réclame le secrétaire général de FO, pour qui il faut au minimum "un moratoire", "sinon c'est inextricable".

"Puisque le premier ministre souhaite reprendre les discussions, qu'il les reprenne sereinement", demande-t-il. Il a aussi dénoncé le fait que "no la fédération FO des cheminots, ni la confédération n'ont été invitées" à la réunion prévue le 7 mai à Matignon, en présence de l'intersyndicale CGT-Unsa-SUD-CFDT et de leurs responsables confédéraux, des dirigeants de la SNCF, des représentants de la branche ferroviaire, ainsi que ceux des usagers.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, était lui l'invité du Grand rendez-vous Les Echos/CNews/Europe 1. Il ne croit pas à un gel de la réforme. "Personne ne croit que le 7 mai, le premier ministre va dire 'la loi qui a été votée au Parlement, je vais revenir dessus'", a-t-il noté. "On n'a pas besoin de gens qui se montrent les muscles, on a besoin de gens qui discutent du fond des sujets", a-t-il conclu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !