Le nombre d'animaux sur terre en chute libre depuis 40 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ce chiffre pourrait encore augmenter dans les années à venir si rien n'est fait pour contrer cette tendance à la baisse.
Ce chiffre pourrait encore augmenter dans les années à venir si rien n'est fait pour contrer cette tendance à la baisse.
©Flickr/Jérémie Janisson

Effondrement

Le nombre d'animaux sur terre en chute libre depuis 40 ans

D'après un rapport du WWF, il aurait chuté de 58%. Les animaux les plus frappés sont ceux d'eau douce.

Le nombre d'animaux sur Terre aurait baissé de 58% entre 1970 et 2012, soit sur une période de 42 ans, selon le rapport Planète vivante 2016 du Fonds mondial pour la nature, plus connu sous le sigle WWF.

Ce sont les animaux d'eau douce qui sont les plus frappés, à cause de la surexploitation et à de la dégradation de leur environnement : leur nombre aurait baissé de 81% en moyenne sur cette même période.

Le réchauffement climatique n'aurait pour le moment encore que peu d'incidence sur ces chiffres mais si les températures continuaient à monter à cause des émissions de gaz à effet de serre, les effets pourraient s'avérer dévastateurs pour la population animale mais aussi pour l'homme (inondations, sécheresse …).

Le précédent rapport, émis en 2014, citait le chiffre d'une chute de 52% de la population vertébrée entre 1970 et 2010.

Le directeur général de WWF international, Marco Lambertini, a analysé ces chiffres en ces termes : "Que la biodiversité poursuive sa chute, et le monde naturel que nous connaissons aujourd'hui s'effondrera d'un seul tenant". Si rien n'est fait pour enrayer cette tendance, le chiffre de 58% risquerait de monter à 67% d'ici à 2020.

"On est en train d'assister à une régression de la vie sur la planète", a commenté quant à lui Pascal Canfin, le directeur général de WWF France et ancien ministre délégué au Développement. 

Lu sur le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !