Le navire Lifeline est arrivé au port de La Valette à Malte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le navire Lifeline est arrivé au port de La Valette à Malte
©Matthew Mirabelli / AFP

Gestion de crise

Le navire Lifeline est arrivé au port de La Valette à Malte

L’embarcation humanitaire Lifeline est finalement arrivée en fin d’après-midi dans le port de La Valette à Malte.

Le bateau a attendu pendant une semaine en Méditerranée. Les conditions sanitaires à bord se sont fortement détériorées. Le Lifeline était affrété par l’ONG allemande du même nom. Le bateau a donc pu s’amarrer à l’un des quais du port de la capitale maltaise, ce mercredi 27 juin. Le navire sera autorisé à débarquer les migrants secourus en mer. L’ONG a effectué des opérations de sauvetage au large de la Libye.  

Les réfugiés du Lifeline seront ensuite répartis dans huit différents pays européens qui sont prêts à les accueillir. La France, Malte, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas vont aider les réfugiés du Lifeline. 
Le bateau devrait en revanche être mis sous séquestre. Une enquête a en effet été ouverte contre le capitaine du Lifeline. Il est accusé par le Premier ministre maltais Joseph Muscat d’avoir "agi contre les lois internationales et [d’avoir] ignoré les directives des autorités italiennes". 
Selon les médias italiens, la décision de faire accoster le Lifeline à Malte aurait été décidée entre la France et l’Italie, malgré le climat tendu entre les deux pays sur les questions d’immigration et de l’accueil des réfugiés. Emmanuel Macron a en effet rencontré discrètement Giuseppe Conte à Rome, lundi soir. 
Un important sommet européenn s'ouvre ce jeudi 28 juin à Bruxelles sur la question de l'immigration, des réfugiés, de l'accueil des migrants et sur la coopération européenne face à une coalition de pays réticents comme la Hongrie, l'Italie ou l'Allemagne.
Lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !