Le moral des cadres en berne : inquiétudes sur le niveau de vie et le chômage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le moral des cadres en berne : inquiétudes sur le niveau de vie et le chômage
©

Spleen

Le moral des cadres en berne : inquiétudes sur le niveau de vie et le chômage

Selon le baromètre ViaVoice réalisé pour HEC, le Figaro et France Inter, publié lundi, l'indice global chute à -52 points en septembre, en baisse de 14 points par rapport aux données enregistrée en mai.

Les cadres n'ont pas le moral. Ce n'est pas nouveau. Enquête après enquête, la tendance se confirme. Mais selon le baromètre ViaVoice réalisé pour HEC, le Figaro et France Inter, publié ce lundi, la situation s'aggrave encore atteignant même des records. En effet, l'indice global chute à -52 points en septembre, en baisse de 14 points par rapport aux données enregistrée en mai (-38). Le baromètre note principalement des inquiétudes fortes sur le niveau de vie et le chômage.

Dans le détail, 65% des cadres estiment que le niveau de vie se dégradera d'ici un an (+11 points par rapport à mai). "Ce niveau singulièrement élevé est un record sur l'année 2014, et n'avait pas été connu depuis juin 2013 (71%)" explique ViaVoice. 76% pensent que le nombre de chômeurs augmentera d'ici un an, contre 55 % en mai. ViaVoice avance des "dégradations de la conjoncture économique" avec l'évolution nulle du PIB, la perspective d'un déficit annuel de 4,4% sur l'année 2014 et la baisse du pouvoir d'achat.

Malgré tout et paradoxalement, les cadres restent optimistes sur la croissance, étant 65% à penser qu'elle reviendra avant 2017. "Parmi les acteurs du redressement, les PME figurent en tête (45%), pratiquement à jeu égal avec la conjoncture internationale (43%), les grandes entreprises établies en France (26%)" explique l'institut. Le gouvernement, le président de la République et les institutions européennes arrivent loin derrière, un résultat qui tend à confirmer le désenchantement des Français pour la politique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !