Le juppéiste Maël de Calan, nouveau candidat à la présidence des Républicains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le juppéiste Maël de Calan, nouveau candidat à la présidence des Républicains
©Reuters

Here comes a new challenger

Le juppéiste Maël de Calan, nouveau candidat à la présidence des Républicains

Le conseiller départemental du Finistère a expliqué vouloir "porter les couleurs d'une droite ouverte et équilibrée".

Et encore un. Maël de Calan, proche d’Alain Juppé, a annoncé ce matin sur France 2 et au Point qu’il se présentait la présidence des Républicains avec "un collectif de nouveaux visages". Le jeune conseiller départemental du Finistère (37 ans) s’est défendu d’être le héraut d’une candidature juppéiste. "C'est une candidature portée par un collectif de nouveaux visages des Républicains. Ce n'est pas la candidature des juppéistes, mais la candidature de ceux qui veulent faire gagner la droite".

Il a souligné avoir "la volonté de transformer radicalement notre manière de faire de la politique en jetant aux orties la mauvaise foi, le cynisme et le sectarisme" et "de porter les couleurs d'une droite ouverte, équilibrée, qui refuse de voir notre grand parti se rabougrir sur une ligne de plus en plus contestataire, maximaliste et identitaire". Au passage le candidat n’a pas hésité à épingler le favori Laurent Waquiez, dont la ligne serait "clivante et intransigeante sur la forme comme sur le fond", au contraire de celle qui porte "ouverte et équilibrée".

Cette candidature a reçu immédiatement un soutien, celui de Jean-Pierre Raffarin. Sur RTL, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac a déclaré : "Je vais plutôt soutenir la jeune génération. (Maël de Calan) est certainement quelqu'un que je parrainerai". Le jeune responsable est donc le 6e candidat déclaré à la présidence des Républicains, après Laurence Sailliet, Daniel Fasquelle, Florence Portelli, Julien Aubert et Laurent Wauquiez

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !