Sécurité : des chiffres pour un bilan favorable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Sécurité : des chiffres
pour un bilan favorable
©

Coûte que coûte

Sécurité : des chiffres pour un bilan favorable

Alors que les budgets sont au plus bas, le ministère de l’Intérieur veut un bilan favorable de la sécurité pour 2012.

Deux notes du 15 et du 23 septembre que s’est procuré le journal Le Monde ont permis de comprendre la volonté du gouvernement de bien orienter les plaintes déposés dans les gendarmeries. Dans la note du 15 septembre rédigée par le général Jacques Mignaux, le grand patron de la gendarmerie, à l’attention de la haute hiérarchie, on peut lire son souhait de "viser un bilan favorable de l'évolution de la délinquance en 2011".

Le général Jacques Mignaux précise qu’il souhaite que les enregistrements de vols avec violences soient distillés avec vigilance et parcimonie en indiquant que "plusieurs centaines d'infractions sont (...) artificiellement caractérisées, les déclarants étant encouragés par le dispositif d'indemnisation à faire état de violences ». Il explique ensuite que les gendarmes doivent  s'attacher « à établir la réalité des faits afin de ne pas procéder à l'enregistrement infondé d'agressions". Le général prend pour exemple les vols de téléphones pour lesquels, les victimes afin d’être sûr d’être indemnisées, amplifient le vol en parlant de violence.

De la même manière, pour les infractions liées à la drogue ou à l’immigration, qui sont la variable d’ajustement des statistiques policières, il est recommandé de s’attaquer en priorité à la législation sur l’immigration et au trafic et plutôt que de procéder à trop d’interpellations de simples fumeurs. Même s’il ne s’agit pas de « négliger les usages ». Le constat est le même pour les fraudes à la carte bancaire qui elles aussi font partie des variables d’ajustement. Dans une des notes envoyée par le général Mignaux, à propos des fraudes à la carte bancaire on peut lire : « il n'y a pas lieu d'orienter les victimes vers un dépôt de plainte".

La lecture de ces notes a évidemment fait bondir l’opposition. Le député PS Jean-Jacques Urvoas écrit ainsi sur son blog : « C'est un dévoiement. Le but est de permettre au président de la République de regagner de la crédibilité. Le gouvernement ne cherche plus à rétablir l'ordre, il se contente de contenir le désordre ». Le député indique plus loin que la dégradation de la sécurité en zone gendarmerie est simplement du à la faiblesse des effectifs : «  Il y a moins de personnels, donc moins de temps pour les enquêtes, moins de gendarmes sur le terrain ».

Pourtant dans la note du 23 septembre le général Mignaux indique une augmentation des effectifs : « dont la gendarmerie disposera au cours du quatrième trimestre 2011 ». Il y indique que des brigades de gendarmes mobiles, des élèves gendarmes et des renforts de la Garde Républicaine seront affectés là ou les effectifs sont les plus faibles. Il note aussi que les missions des gendarmes seront étendues. Ainsi, il appel les escadrons de sécurité routière a rediriger leurs contrôles vers les «secteurs les plus sensibles» aux cambriolages et les équipes chargées des autoroutes à prendre la sortie pour élargir«leur rayon d'action».

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !