Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
©MARTIN BUREAU / AFP

Répondre à la crise

Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette

Edouard Philippe et Agnès Buzyn ont présenté différentes mesures dans le cadre du plan d'urgence pour l'hôpital ce mercredi.

Le gouvernement a dévoilé un certain nombre de mesures afin de tenter d'apporter des réponses dans le cadre de la crise traversée par l'hôpital. Emmanuel Macron avait récemment promis que des "décisions fortes" seraient prises sur ce dossier. 

Huit mois après le début d'un mouvement social de grande ampleur, Agnès Buzyn et Edouard Philippe ont dévoilé des mesures d'urgence face à la crise des hôpitaux publics.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le budget des hôpitaux allait bénéficier d'une aide de 1,5 milliard d'euros sur trois ans, dont 300 millions pour l'année 2020. 

Edouard Philippe a également confirmé que l'Etat allait reprendre sur trois ans la dette des hôpitaux, à hauteur de 10 milliards d'euros. La dette avoisinerait les 30 milliards d'euros. 

"Nous allons débloquer dans les prochains jours l'ensemble des sommes réservées au début de cette année afin qu'elles puissent être versées aux hôpitaux. Cela représente 400 millions d'euros. (…) Nous allons augmenter le budget de l'assurance maladie de 1,5 milliard d'euros sur les trois prochaines années, pour les hôpitaux. (...) Cette augmentation sera proposée, et j'espère adoptée, dès la semaine prochaine, dans le cadre du projet de loi sur le financement de la Sécurité sociale. (…) Nous assumons d'investir dans l'hôpital public. La perspective de dépasser cette période de crise, et ce risque de décrochage, (...) est essentiel pour la nation. Il faut le prendre comme un investissement".

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a aussi annoncé le versement d'une prime annuelle de 800 euros net pour 40.000 infirmiers et aides-soignants qui vivent en Ile-de-France et qui gagnent moins de 1.900 euros par mois. Une prime au mérite annuelle de 300 euros pourrait également concerner 600.000 professionnels de santé. 

Les revendications du mouvement concernaient principalement une hausse des salaires, des effectifs et un arrêt de la fermeture des lits. 

Une nouvelle journée d'action pourrait être organisée le 17 décembre prochain. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !