Le général Pierre de Villiers revient sur sa démission : "On aurait pu faire autrement, sur le fond et sur la forme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le général Pierre de Villiers revient sur sa démission : "On aurait pu faire autrement, sur le fond et sur la forme"
©BERTRAND GUAY / POOL / AFP

Confessions

Le général Pierre de Villiers revient sur sa démission : "On aurait pu faire autrement, sur le fond et sur la forme"

Sur les ondes de RTL, l’ex-chef d’Etat-major des armées affirme "ne rien regretter", mais parle néanmoins d'un "gâchis".

Après sa démission fracassante du 19 juillet, l'ancien chef d'Etat-major des armées, Pierre de Villiers, a publié cette semaine un livre, intitulé Servir, aux éditions Fayard. L’ouvrage a d’ailleurs été édité dans le plus grand secret et même l'Elysée n'aurait pas été mis au courant de sa parution. Il y revient notamment sur son conflit avec Emmanuel Macron. Invité de RTL ce vendredi 10 novembre, Pierre de Villiers affirme "ne rien regretter", mais parle néanmoins d'un "gâchis". "On aurait pu faire autrement, sur le fond et sur la forme", estime-t-il, avant de revenir sur les raisons de sa démission.

"Je ne suis pas un homme de pouvoir, je suis un homme de responsabilité"

"J'ai démissionné pour deux raisons. Je pensais qu'il fallait faire un effort budgétaire. La deuxième raison, c'est effectivement ce discours [d’Emmanuel Macron], la veille du 14 juillet, cette grande fête du lien entre l'armée et sa nation". "Et là, devant le monde de la défense, devant les familles des soldats décédés, devant les blessés, devant mon homologue américain, j'ai estimé que les propos du Président étaient suffisamment forts pour altérer le lien de confiance indispensable entre le chef des armées et le chef d'état-major", précise-t-il, ajoutant par ailleurs ne pas avoir eu de "sentiment d'humiliation personnelle".

Il aurait été "plutôt surpris face" aux propos du chef de l’Etat. "Je n’ai aucun problème personnel dans cette affaire", explique-t-il. Et d’ajouter : "Je ne suis pas un homme de pouvoir, je suis un homme de responsabilité. Et je savais qu’à un moment ou un autre ma responsabilité allait être terminée".

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !