Le déficit public s'élève à 4,3% de PIB en 2013 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le déficit public s'élève à 4,3% de PIB en 2013
©

Mauvaise passe

Le déficit public s'élève à 4,3% de PIB en 2013

Le site des Echos rapporte cette information ce lundi matin, quelques heures avant la parution du chiffre officiel.

La claque reçue lors des élections municipales dimanche ne semble pas être la seule mauvaise nouvelles pour François Hllande. En effet, selon les Echos, le président de la République va devoir faire face à un chiffre du déficit public de la France plus élevé que prévu pour l'année 2013. Selon le quotidien économique, il s’est établi à 4,3% du Produit intérieur brut, au-delà donc des 4,1% prévus par le gouvernement. Le chiffre officiel doit être publié dans quelques heures par l'Insee.

En 2012, le déficit public, qui prend en compte à la fois l’État central, les régimes de sécurité sociale et les collectivités locales, se montait à 4,8% du PIB. Le gouvernement avait promis de le ramener l’an prochain sous la barre de 3%, seuil maximal fixé par les traités européens. Mais en coulisses, Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, a renoncé à cette perspective depuis bien longtemps.

Bruxelles a d’ores et déjà mis en doute la trajectoire budgétaire française. Selon Les Échos, le déficit plus lourd que prévu l’an dernier est dû à de moindres recettes fiscales et non à un dérapage des dépenses, qui ont, elles, été maîtrisées.

Pierre Moscoviciet le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve ont estimé que "le redressement des comptes publics se poursuit". "Le redressement des comptes publics, engagé depuis 2012, se poursuit dans un contexte économique qui s'améliore graduellement", ont dit les deux ministres dans un communiqué.

Lu sur Les Echos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !