Le déficit de la Sécurité sociale s'est établi à 5,1 milliards d'euros en 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le déficit de la Sécurité sociale s'est établi à 5,1 milliards d'euros en 2017
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Bonne nouvelle

Le déficit de la Sécurité sociale s'est établi à 5,1 milliards d'euros en 2017

"Il s'agit du plus faible déficit enregistré sur les 15 dernières années", selon les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

En 2017, le déficit de la Sécurité sociale s'est établi à 5,1 milliards d'euros, ont annoncé jeudi les ministres de la Santé, Agnès Buzyn, et des Comptes publics, Gérald Darmanin. En 2016, il était de 7,8 milliards. Lors de sa dernière prévision en septembre, le gouvernement tablait sur 5,2 milliards. Dans un communiqué, les deux ministres ont souligné qu'"il s'agit du plus faible déficit enregistré sur les 15 dernières années". Selon Agnès Buzyn et Gérald Darmanin , "ces bons résultats (...) permettent d'envisager un retour à l'équilibre des comptes de la Sécurité sociale dans un avenir proche", sans en préciser l'échéance.

Grâce à une croissance de la masse salariale "supérieure aux prévisions" (3,5% au lieu de 3,3%), la Sécurité sociale a bénéficié de recettes de l'ordre de 1,2 milliard d'euros, soit plus importantes qu'espérées. Certaines branches de la Sécu affichent des résultats meilleurs qu'en 2016 : des excédents de 1,8 milliard d'euros pour l'assurance vieillesse et de 1,1 milliard pour les accidents et maladies du travail (AT-MP), un solde "proche de l'équilibre" (-0,2 milliard) pour les allocations familiales. Même le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), traditionnellement déficitaire, réduit sa perte de 3,6 à 2,9 milliards. Seule la branche maladie voit son déficit se creuser, de 4,8 à 4,9 milliards d'euros, au lieu des 4,1 milliards prévus par le gouvernement. In fine, les dépenses d'assurance maladie ont également progressé plus que prévu (2,2% au lieu de 2,1%). L’exécutif affirme que cette dégradation est liée à "la perte de produits de TVA". Selon le gouvernement, la "situation financière sous-jacente" de la branche maladie "s'améliore de l'ordre de 1 milliard d'euros" par rapport à 2016.

Lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !