Le Conseil constitutionnel rejette le compte de campagne de Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le compte de campagne de Nicolas Sarkozy serait inexact
Le compte de campagne de Nicolas Sarkozy serait inexact
©Reuters

Mauvaise passe

Le Conseil constitutionnel rejette le compte de campagne de Nicolas Sarkozy

Il s'agit des comptes de campagne de 2012. L'ancien président a, suite à cette décision, annoncé à l'AFP qu'il quittait "immédiatement" le Conseil constitutionnel.

C'est encore une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy et l'UMP. Le Conseil constitutionnel a en effet rejeté le compte de campagne présidentielle 2012 de l'ex-président.

Cette décision n'est pas vraiment une surprise car la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait déjà invalidé en décembre ses comptes de campagne. Selon elle, les dépenses liées à certains déplacements présidentiels devaient être imputées au candidat. Nicolas Sarkozy. Il avait déclaré pour 21 339 664 euros de dépenses mais la commission comptabilisait 22 509 000 euros.

Ce rejet privait l'UMP, qui avait avancé les fonds, de la subvention de quelque 11 millions d'euros de l'Etat au titre du remboursement des frais de campagne à hauteur de 47,5% des frais engagés, soit 10 691 775 euros en vertu de la loi organique de février 2012.

Suite à cette décision, l'ancien Président a annoncé à l'AFP qu'il démissionnait "immédiatement" du Conseil constitutionnel. "Après la décision du Conseil constitutionnel et devant la gravité de la situation et les conséquences qui en résultent pour l'opposition et pour la démocratie, Nicolas Sarkozy démissionne immédiatement du Conseil constitutionnel afin de retrouver sa liberté de parole" annonce le communiqué de Nicolas Sarkozy selon l'AFP.

Une possibilité pourtant impossible sur le papier, puisque Nicolas Sarkozy est membre "de droit" du Conseil :

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !