Le compte Twitter d'Associated Press piraté, grosse pagaille et brève panique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le compte Twitter de l'agence de presse américaine AP a été piraté mardi.
Le compte Twitter de l'agence de presse américaine AP a été piraté mardi.
©Reuters

Cyber-attaque

Le compte Twitter d'Associated Press piraté, grosse pagaille et brève panique

Le compte Twitter de l'agence de presse américaine AP a été piraté mardi et a diffusé une fausse nouvelle concernant deux explosions à la Maison blanche qui a brièvement fait plonger la Bourse de Wall Street.

"Dernière minute : deux explosions à la Maison Blanche, Barack Obama est blessé", a publié mardi l'agence Associated Press sur son compte Twitter suivi, tout de même, par 1,9 million d'internautes. Problème : l'information est fausse. "Le compte Twitter de @AP a été piraté. Le tweet sur un attentat à la Maison Blanche est faux", a affirmé l'agence de presse dans un communiqué. La cyber-attaque a été revendiquée sur Twitter par la Syrian Electronic Army ("Armée électronique syrienne", SEA), qui a déjà piraté plusieurs comptes de médias internationaux.


Cela aurait pu rester un simple canular si Associated Press n'était pas la plus grande agence de presse mondiale. Dans les minutes qui ont suivi ce tweet, un vent de panique a envahi Wall Street : entre 13h08 et 13h10, le Dow Jones a perdu 145 points, l'équivalent de 136 milliards de dollars de capitalisation, souligne Le Monde.

Le porte-parole de la Maison Blanche a déclaré à la presse peu après l'incident que le président se portait bien. Barack Obama est d'ailleurs apparu en public quelques minutes après dans la Roseraie de la Maison Blanche, où il honorait les enseignants de l'année, explique L'Express. Il n'a fait aucune allusion à cet incident dans ses déclarations.

En février dernier, le compte Twitter de photos de l'AFP - @AFPphoto - avait lui aussi été piraté. La Syrian Electronic Army, qui affirme soutenir le régime syrien de Bachar al-Assad, avait publié plusieurs photos et documents sur le compte, avant que ce dernier ne soit suspendu.

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !