Le chancelier allemand Olaf Scholz fragilisé par la défaite de son parti en Rhénanie-du-Nord-Westphalie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Emmanuel Macron et Olaf Scholz
Emmanuel Macron et Olaf Scholz
©AXEL HEIMKEN / PISCINE / AFP

Flou

Le chancelier allemand Olaf Scholz fragilisé par la défaite de son parti en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Les sociaux-démocrates du SPD d'Olaf Scholz (gauche) ont été battus par les conservateurs de la CDU

Lors des élections régionales de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les électeurs allemand de gauche, dont beaucoup se sont abstenus, ont exprimé leur mécontentement sur la gestion de la crise ukrainienne par le chancelier Olaf Scholz note Libération.

Sa communication désastreuse, sa brouille diplomatique avec l’Ukraine, les différends avec ses alliés écologistes et libéraux sur les livraisons d’armes, mais aussi les liens toxiques de son parti avec la Russie lui ont conféré une image de chancelier déboussolé.

Le nouveau chef de l’opposition, Friedrich Merz, le président de la CDU ne manquera pas de mettre à profit cette victoire pour continuer à décrédibiliser le chancelier. Merz s’est rendu à Kyiv, en Ukraine, avant ce scrutin pour y rencontrer le président Volodymyr Zelensky, avant Scholz.

Scholz est fragilisé, et il pourrait perdre le pouvoir si les écologistes et les libéraux du FDP décident de cesser de le soutenir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !