Le cargo spatial russe à la dérive s'est désintégré au-dessus du Pacifique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le cargo spatial russe à la dérive s'est désintégré au-dessus du Pacifique
©

Paco Rabanne n'avait rien prédit

Le cargo spatial russe à la dérive s'est désintégré au-dessus du Pacifique

Le cargo spatial Progress, dont le contrôle avait été perdu quelques heures après son lancement par une fusée Soyouz la semaine dernière, s'est finalement désintégré ce matin dans l'atmosphère au-dessus de l'océan Pacifique.

Le vaisseau spatial Progress devait s’arrimer la semaine dernière à la Station spatiale internationale (ISS) pour la ravitailler, mais les opérateurs de vol russes avaient perdu son contrôle quelques heures après son lancement de Baikonour. Le cargo spatial, chargé de matériel et de provisions mais heureusement inabité, avait alors entamé une longue plongée incontrôlable vers la Terre.

Le risque pour la population était minime, avait assuré l'agence spatiale russe, puisque la quasi-totalité des engins spatiaux du même type se désintégrant dans l’atmosphère ou atterrissant dans les océans, qui occupent la majorité de la surface de la Terre. Et c'est justement au-dessus de l'un d'eux, le Pacifique, que s'est désintégré ce matin le vaisseau.

"Le vaisseau Progress M-27M a cessé d'exister à 05:04 heure de Moscou le 8 mai 2015. Son entrée dans l'atmosphère s'est faite [...] au-dessus de la partie centrale de l'océan Pacifique", a indiqué Roscosmos dans un communiqué.

Les six spationautes de l’ISS ne sont pas mis en danger par la perte du cargo, pusiqu'ils disposent encore de plusieurs mois de réserves. Un vaisseau de ravitaillement Dragon, de la société américaine SpaceX, doit livrer à l’ISS au plus tôt le 19 juin environ 2,2 tonnes de matériel scientifique et de provisions.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !