Le Canada s'inquiète de la possible utilisation des blindés qu'il a vendu à l'Arabie saoudite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Canada s'inquiète de la possible utilisation des blindés qu'il a vendu à l'Arabie saoudite
©

Fallait y penser avant

Le Canada s'inquiète de la possible utilisation des blindés qu'il a vendu à l'Arabie saoudite

Des véhicules blindés vendus par le Canada à l’Arabie saoudite auraient été utilisés contre des civils chiites lors d'une opération de répression.

Le Canada a exprimé sa "vive préoccupation" sur la possible utilisation par l'Arabie saoudite de véhicules blindés canadiens dans une opération de répression contre des civils.

"Nous prenons très au sérieux ces allégations (...) et nous allons faire un suivi immédiat", a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau, après la publication par le journal The Globe and Mail d’informations selon lesquelles des véhicules blindés légers vendus par le Canada à l’Arabie saoudite ont été utilisés contre des civils. Selon le journal, qui a fait analyser des photos de l'opération par des experts, des véhicules fabriqués au Canada auraient été utilisés contre des civils chiites dans une vaste opération, qui aurait fait des victimes, dans la région de la ville d’Awamiya, dans l’est du pays.

Cette ville est assiégée depuis début mai par les militaires saoudiens, qui détruisent et incendient des habitations. En 2011, en plein printemps arabes, des manifestations avaient été organisées dans cette localité avant d'être réprimées dans le sang. Les protestataires réclamaient la libération des prisonniers politiques, la liberté d’expression et la fin des discriminations envers la minorité chiite du royaume.

"S’il s’avère que des exportations canadiennes ont été utilisées pour commettre de graves violations des droits de l’Homme, la ministre prendra les mesures qui s’imposent", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, John Babcock.

Lu dans le Journal de Québec

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !