Laurent Wauquiez : "L'élection de Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle ère" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Laurent Wauquiez, le secrétaire général de l'UMP
Laurent Wauquiez, le secrétaire général de l'UMP
©

Unité

Laurent Wauquiez : "L'élection de Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle ère"

Pour le nouveau secrétaire général de l'UMP, "le temps de la guerre des egos est derrière nous."

Pour Laurent Wauquiez, la tâche s'annonce rude. Nommé secrétaire général du parti par Nicolas Sarkozy, il doit désormais aider le nouveau président à réunir toutes les tendances. Pas facile, d'autant plus que le député partage le pouvoir à l'UMP avec sa rivale Nathalie Kosciusko-Morizet. Un grand écart idéologique qui fait craindre à Nadine Morano "un claquage" à l'UMP. "Il suffit de faire des assouplissements pour éviter les claquages !" s'amuse Laurent Wauquiez dans une interview au Figaro. " Ne comptez pas sur moi pour alimenter la moindre polémique" explique-t-il. "On a besoin du tempérament de Nathalie, comme du mien. J'ai beaucoup de plaisir à travailler avec elle comme avec toutes les personnalités de notre famille. Comme dans toute famille, on n'est pas d'accord sur tout, mais ce qu'on a en commun est beaucoup plus fort que ce qui nous oppose."

Régulièrement accusé de représenter la frange la plus dure de la droite, Laurent Wauquiez appelle à l'unité. "L'élection de Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle ère. Il a commencé à remettre de l'ordre dans la maison. Le temps de la guerre des egos est derrière nous." Surtout, il refuse d'être présenté comme un lien vers le Front National. "Le FN se nourrit de nos lâchetés, de l'absence de réponses claires et républicaines à ses questions. La force de Nicolas Sarkozy c'est de porter ses idées malgré le politiquement correct."

Et selon lui, ça marche. " Nous sommes sur un rythme de 700 adhésions par jour, soit à peu près cinq fois plus qu'au début de l'année" affirme-t-il. "Notre objectif, c'est de multiplier par deux le nombre d'adhérents d'ici à deux ans."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !