Syrie : Lafarge mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Syrie : Lafarge mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité
©FRANCK FIFE / AFP

Justice

Syrie : Lafarge mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité

Lafarge SA a été mise en examen jeudi en tant que personne morale pour financement d'une entreprise terroriste et complicité de crimes contre l'humanité. Le dossier concerne une usine en Syrie.

L'étau judiciaire se resserre autour de la société Lafarge. L'entreprise était convoquée ce jeudi 28 juin en tant que personne morale. Lafarge vient d'être mise en examen dans l'affaire de financement de terrorisme présumé en Syrie. L'entreprise est poursuivie pour violation d'un embargo, mise en danger de la vie d'autrui, financement d'une entreprise terroriste et complicité de crimes contre l'humanité. 

Lafarge SA, la holding actionnaire de la filiale syrienne, était convoquée jeudi devant les juges d'instruction. La personne morale mise en examen a été placée sous contrôle judiciaire, avec une obligation de cautionnement. 
L'entreprise a, par le passé, reconnu avoir versé 13 millions d'euros à des groupes armées, dont l'Etat Islamique afin de pouvoir faire fonctionner son usine de Jalabiya en Syrie entre 2013 et 2014. Les juges étudient d'ailleurs l'hypothèse selon laquelle les fonds alloués par l'entreprise à Daech aient pu financer les attentats de novembre 2015 à Paris. 
Les magistrats ont d'ailleurs accepté, en janvier dernier, que l'association Life for Paris soit partie civile dans ce dossier. Ce collectif regroupe des victimes des attentats du 13 novembre 2015. En juin 2017, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour financement d'entreprise terroriste et mise en danger de la vie d'autrui. Des dirigeants et des cadres de Lafarge (huit au total, dont son ex-PDG Bruno Lafont) ont déjà été mis en examen dans cette affaire. 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !