La SNCF va supprimer 1.100 emplois en 2015 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La SNCF va supprimer 1.100 emplois cette année.
La SNCF va supprimer 1.100 emplois cette année.
©Reuters

Restructuration draconienne

La SNCF va supprimer 1.100 emplois en 2015

Cela représentera 0,7% des effectifs du groupe ferroviaire français.

Coup dur pour l'emploi. Le comité d’entreprise exceptionnel de la SNCF a confirmé que le groupe SNCF réunifié allait supprimer près de 1.100 postes équivalents temps plein. Cela représentera 0,7% des effectifs, l’établissement public comptant 149.000 salariés environ.

C’est SNCF Mobilités, l’opérateur de transport, qui va devoir dégraisser. Cette filière verra ses effectifs fondre de 1 600 postes cette année. En revanche, SNCF Réseau, le gestionnaire des voies (né de la fusion de l’ex Réseau ferré de France et SNCF Infra, qui était séparé depuis 1997), gagnera lui environ 500 postes. Soit une balance négative de 1.100 postes. Le groupe va donc largement recruter cette année, environ 8 000 personnes, mais le nombre de départ en retraite sera bien plus important.

"Ce nombre d’emplois budgétaires ne correspond pas exactement au nombre de personnes employées", souligne un syndicaliste. "La suppression de 1 100 postes devrait se traduire en fait par le départ de quelque 2 000 personnes."

Les représentants syndicaux sont furieux, dénonçant lune austérité, à un moment inopportun. "Un budget d'austérité, qui clairement ne permet pas d'assumer les ambitions", a regretté Roger Dillenseger (Unsa), qui prévoit "une dégradation du service".

En 2014, le budget prévoyait 1400 suppressions de postes sur l'année (900 en tenant compte des embauches d'emplois d'avenir). Les trois quarts (-1085) ont été réalisés, selon une dernière estimation.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !