La SNCF condamnée pour discrimination envers 832 cheminots chibanis marocains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La SNCF condamnée pour discrimination envers 832 cheminots chibanis marocains
©Reuters

Décision de justice

La SNCF condamnée pour discrimination envers 832 cheminots chibanis marocains

L'entreprise ferroviaire aurait été condamnée dans 9 dossiers sur 10 pour "discrimination dans l’exécution du contrat de travail" et "dans les droits à la retraite". Elle estime pourtant avoir "appliqué la loi."

La SNCF a été condamnée pour discrimination envers plus de 832 cheminots chibanis marocains ce samedi matin, selon le conseil de prud’hommes de Paris. L'entreprise ferroviaire aurait été condamnée dans 9 dossiers sur 10 pour  "discrimination dans l’exécution du contrat de travail" et "dans les droits à la retraite". En effet, les cheminots en question, pratiquement tous à la retraite, ont affirmé avoir été bloqués dans leur carrière et pénalisés à la retraite. Chacun d'entre eux réclamait 400 000 euros de dommages et intérêts. Selon Le Monde qui rapporte les propos d'Abdelkader Bendali, un professeur marocain, les dommages et intérêts varient finalement entre "150 000 à 230 000" euros.  

L'histoire de ces chibanis marocains ("cheveux gris" en arabe) remonte aux années 70, à l'époque où la SNCF cherchait à embaucher de la main d'œuvre bon marché et se tourna vers le Maghreb. En effet, la SNCF a signé une convention avec le gouvernement marocain et accueilli près de 2000 jeunes travailleurs, qu'elle a répartis partout en France au gré de ses besoins. Mais embauchés comme contractuels, c'est-à-dire en CDI de droit privé, ces travailleurs n'ont jamais bénéficié des avantages du statut de cheminots dont disposaient leurs collègues de nationalité française (protection sociale, de retraite, d'évolution de carrière…).

De son côté, la SNCF a rejetté les accusations sans pour autant préciser si elle ferait appel de al décision. Selon le porte-parole de l'entreprise, celle-ci n'a fait "qu'appliquer la loi".

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !