Nationalisation d’EDF : les 10 milliards apportés par l’Etat ne suffiront pas à assurer l’avenir de l’entreprise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Centrale Nucléaire
Centrale Nucléaire
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Addition

Nationalisation d’EDF : les 10 milliards apportés par l’Etat ne suffiront pas à assurer l’avenir de l’entreprise

La grande inconnue pour EDF, c'est le niveau de production nucléaire

Le retour d'EDF à 100 % dans le giron public coûtera donc près de 10 milliards d'euros aux contribuables soulignent Les Echos.

"En sortant de la Bourse, EDF se défait de la pression des investisseurs en actions mais devra continuer de convaincre les marchés obligataires pour refinancer sa dette qui, au regard des prix de l'électricité, devrait atteindre des sommets en 2022. Pour ce faire, il lui faut de toute urgence relever son niveau de production nucléaire. C'est un passage obligé pour les agences de notation qui menacent toujours de dégrader la note de crédit du groupe, et ce en dépit de la prise de contrôle à 100 % de l'Etat." ajoutent Les Echos.

"La grande inconnue pour EDF, c'est le niveau de production nucléaire : si 2023 est encore une année de sous-performance en la matière, une restructuration du capital du groupe sera indispensable pour continuer à lever de la dette », met en garde Céline Chérubin, analyste crédit senior chez Moody's. Autrement dit, une nouvelle augmentation de capital à la charge de l'Etat menace" constatent Les Echos.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !