La justice prononce un non-lieu dans l'enquête sur les vols de Nicolas Sarkozy en jet privé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La justice prononce un non-lieu dans l'enquête sur les vols de Nicolas Sarkozy en jet privé
©CGPME

Épilogue

La justice prononce un non-lieu dans l'enquête sur les vols de Nicolas Sarkozy en jet privé

L'ancien président de la République était soupçonné d'abus de biens sociaux au préjudice de la société Lov Group,

Les juges d'instruction ont suivi le réquisitoire du parquet de Paris, en prononçant un non-lieu dans l'enquête sur les vols en jet privé de Nicolas Sarkozy en 2012 et 2013, facturés à la société Lov Group de son ami Stéphane Courbit, a-t-on appris ce mercredi. 

L'ancien président de la République était soupçonné d'abus de biens sociaux au préjudice de Lov Group, mais sans être jamais inquiété judiciairement dans cette affaire. Stéphane Courbit avait été entendu sous le statut de témoin assisté, mais jamais mis en examen. 

"Je me réjouis de cette décision qui confirme ce que nous avons toujours dit, c'est-à-dire qu'il s'agissait d'un dossier sans aucun fondement et dans lequel il n'y avait aucune raison de mettre en cause Stéphane Courbit", a assuré son avocat, Me Christophe Ingrain.  

Une information judiciaire avait été ouverte en décembre 2014 par le parquet de Paris, en marge de l’affaire Air Cocaïne, une enquête judiciaire menée à Marseille sur un trafic international de drogue via la République dominicaine. Pendant leur perquisition dans les locaux de la société de transport aérien SNTHS, impliquée dans le trafic, les enquêteurs avaient découvert des factures adressées à Lov Group, dont trois concernaient des vols en jet privé de Nicolas Sarkozy.

Ces trois vols étaient à destination Doha (Qatar), où Nicolas Sarkozy s'était rendu le 9 décembre 2012 pour un forum international sur le sport, les Etats-Unis le 30 janvier 2013 et Abou Dhabi (Emirats arabes unis) le 26 février 2013. 

 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !