La France va vendre des armes au Koweït pour 2,5 milliards d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La France va vendre des armes au Koweït pour 2,5 milliards d'euros
©Reuters

Joli chèque

La France va vendre des armes au Koweït pour 2,5 milliards d'euros

24 hélicoptères lourds Caracal se trouvent dans la transaction pour un montant d'un milliard d'euros.

Voilà un contrat juteux que pourrait bien signer la France ce mercredi. En effet, le Koweït devrait acquérir des armes pour une valeur de 2,5 milliard d'euros. Un accord et des lettres d'acceptation portant sur trois volets de contrats d'armement terrestre, aérien et maritime devraient être paraphés par les deux pays. "Les négociations contractuelles se déroulent dans de bonnes conditions", indique-t-on au ministère français de la Défense. La visite de la délégation koweïtienne "est l'occasion de continuer d'avancer sur ce sujet en espérant un débouché dans les semaines qui viennent (...), d'ici la fin de l'année".

Le Koweït avait déjà indiqué en juin son intention d'acquérir 24 hélicoptères lourds Caracal pour un montant d'un milliard d'euros. Ces hélicoptères sont utilisés notamment par les forces spéciales françaises et sont capables de transporter jusqu'à 28 commandos. Deux autres volets, d'un montant estimé à 1,5 milliard d'euros, vont faire l'objet de lettres d'acceptation entre les deux pays.

"Il y a une partie très importante sur les véhicules terrestres", indique-t-on aussi dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian. Enfin, une lettre d'acceptation devrait porter sur le programme de modernisation et de réarmement des patrouilleurs P37 de la société française non cotée DCI (Défense Conseil International), afin de réaffirmer le partenariat avec la marine koweïtienne. François Hollande "a salué l'action modératrice du Koweït dans la région, sa contribution à la lutte contre l'Etat islamique. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !