La France demande à José Manuel Barroso de "renoncer" à Goldman Sachs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La France demande à José Manuel Barroso de "renoncer" à Goldman Sachs
©Reuters

Agacement

La France demande à José Manuel Barroso de "renoncer" à Goldman Sachs

L'ancien Premier ministre portugais, qui a occupé la tête de la Commission de 2004 à 2014, a été engagé par la banque d'affaires américaine pour des activités de conseil.

La France a demandé "solennellement" à l'ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso de "renoncer" à travailler pour la banque Goldman Sachs, mais aussi à l'Union européenne de modifier ses règles applicables aux anciens commissaires.

"M. Barroso fait le lit des anti-européens. Je l'appelle donc solennellement à renoncer à ce poste", a déclaré dans l'hémicycle le secrétaire d'Etat aux affaires européennes Harlem Désir. 

L'ancien Premier ministre portugais, qui a occupé la tête de la Commission de 2004 à 2014, a été engagé par la banque d'affaires américaine pour des activités de conseil, dans le contexte du départ annoncé du Royaume-Uni de l'Union européenne.

L'arrivée de José Manuel Barroso chez Goldman Sachs "est particulièrement scandaleuse, compte tenu notamment du rôle joué par cette banque dans la crise financière de 2008 mais aussi du trucage des comptes publics de la Grèce", a ajouté Harlem Désir.

"Moralement, politiquement, déontologiquement, c'est une faute de la part de M. Barroso, c'est le pire service qu'un ancien président d'une institution européenne pouvait rendre au projet européen, à un moment de l'histoire où il a au contraire besoin d'être soutenu, porté et renforcé", a-t-il également déclaré. 

>>>> À lire aussi : Goldman Sachs recrute José Manuel Barroso, l’ancien président de la Commission européenne

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !