La fondation du prince Charles a accepté un million de livres de la part de la famille Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Le prince Charles, prince de Galles, sort d'une voiture de sport Aston Martin après s'être rendu en compagnie de Camilla, duchesse de Cornouailles, à la cérémonie d'ouverture des Jeux du Commonwealth, au stade Alexander de Birmingham.
Le prince Charles, prince de Galles, sort d'une voiture de sport Aston Martin après s'être rendu en compagnie de Camilla, duchesse de Cornouailles, à la cérémonie d'ouverture des Jeux du Commonwealth, au stade Alexander de Birmingham.
©ANDY BUCHANAN / AFP

Un prêté pour un rendu

La fondation du prince Charles a accepté un million de livres de la part de la famille Ben Laden

Ses conseillers lui auraient pourtant conseillé de ne pas accepter ce versement de cette riche famille saoudienne.

Après le scandale du prince Andrew, voici venu celui du prince Charles. Le prince héritier direct de la couronne britannique a accepté un don pour sa fondation de la famille ben Laden. Oui, la famille du cerveau des attentas du 11 septembre 2001, Oussama ben Laden. 

Ce don remet la fondation du prince Charles au centre des projecteurs car depuis le mois de février dernier, elle est l’objet d’une enquête de police. Cette enquête cherche à savoir si des dons à la fondation ont été récompensé par des titres honorifiques et à appuyer une demande de naturalisation d’un homme d’affaire saoudien.

La fondation multiplie les scandales liés à des donateurs. L’organisme aurait reçu plusieurs centaines de milliers d’euros d’un donateur russe.

L’ancien valet adjoint du prince, Michael Fawcett, aurait utiliser son influence pour aider l’homme d’affaires saoudien ben Mahfouz pour obtenir une décoration. Un enquête de Scotland Yard examinera si certains dons reçus par la fondation Mahfouz étaient destinés à l'organisation, s'ils ont été utilisés conformément à l'intention des donateurs et s'ils doivent être rendus.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !