La Finlande va demander officiellement à adhérer à l'OTAN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
OTAN
OTAN
©OTAN

Guerre

La Finlande va demander officiellement à adhérer à l'OTAN

Le parlement finlandais doit examiner le projet d'adhésion lundi

La Finlande a décidé de demander son adhésion à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ont annoncé dimanche le président Sauli Niinistö et Sanna Marin, la première ministre du pays nordique, une conséquence directe de l’invasion russe en Ukraine.

Après l’annonce de l’exécutif, le Parlement finlandais doit désormais examiner lundi le projet d’adhésion, avec un vote prévu selon le président de la chambre. Avec le soutien acquis samedi du parti social-démocrate de la Première ministre Sanna Marin, ce dernier doit se traduire par une majorité fleuve d’au moins 169 oui parmi les 200 parlementaires finlandais, selon les dernières projections. «Nous espérons que le Parlement confirmera la décision de candidature à l’Otan durant les prochains jours. Elle sera basée sur un mandat clair», a affirmé Sanna Marin citée par Libération.

La Suède devrait elle aussi suivre le même chemin.

Mais, l’opposition affichée par la Turquie, (qui est membre de l’OTAN), à l’intégration des deux pays nordiques fait peser l’incertitude sur l’aboutissement du processus, puisqu’il faut que la décision soit prise à l’unanimité des Etats membres. Ankara reproche à la Suède et à la Finlande de faire preuve d’une trop grande mansuétude vis-à-vis du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK souligne Le Monde.

Si les éxecutifs des deux pays demandent l'adhésion, ils devront suivre un processus d'intégration en plusieurs étapes, qui a duré un an quand la Macédoine du Nord a été le 30e pays à rejoindre l'OTAN, le 27 mars 2020.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !