La CGT fait citer directement Pierre Gattaz devant le Tribunal correctionnel de Bobigny | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La CGT fait citer directement Pierre Gattaz devant le Tribunal correctionnel de Bobigny
©Reuters

Bras de fer

La CGT fait citer directement Pierre Gattaz devant le Tribunal correctionnel de Bobigny

Selon le communiqué publié ce jeudi par les avocats de la CGT, une première audience de procédure est fixée le 4 août 2016.

Dans un communiqué publié mercredi 1er juin, le président du Medef est revenu sur la polémique provoquée par l'utilisation du mot "terroriste" pour qualifier le comportement de certains militants de la CGT à l'initiative des blocages visant à contester la loi travail. Dans une interview accordée au journal Le Monde lundi 30 mai, Pierre Gattaz évoquait des "minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes".

"Ce mot a été mal compris et peut choquer, notamment les personnes qui ont été touchées par les événements récents qui ont endeuillé notre pays (…) Ce n'était évidemment pas mon intention. Le mot terrorisme était donc inadapté dans ce contexte", écrit le patron des patrons. 

Malgré cette clarification, la CGT a décidé de citer directement le patron du Medef devant le Tribunal correctionnel de Bobigny pour "diffamation publique", selon le communiqué consulté par Atlantico.

"Il est notamment devenu banal que le mouvement des salariés en grève soit associé aux dégradations et violences, commises par un très petit nombre d’individus en marge des manifestations organisées contre le projet de loi. Par glissement, cette association est également régulièrement faite entre les violences et le CGT elle-même qui y est pourtant totalement étrangère quand ses militants n’en sont pas victimes. La CGT n’a aucun rapport avec ses violences et les a systématiquement dénoncées. Cette campagne de calomnies a atteint son paroxysme dans le journal LE MONDE, daté du 31 mai 2016 et mis en vente le 30 mai 2016. À l’intérieur du numéro, figure en page 8 un entretien avec Monsieur Pierre GATTAZ contenant de nombreuses imputations diffamatoires à l’égard de la CGT", peut-on lire dans le document diffusé ce jeudi par les avocats de la CGT. 

>>>> À lire aussi : Pierre Gattaz regrette d'avoir qualifié la CGT de "terroriste"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !