La CAF part en guerre contre la radicalisation des allocataires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La CAF part en guerre contre la radicalisation des allocataires
©

Aide innatendue

La CAF part en guerre contre la radicalisation des allocataires

"Il nous est apparu logique que la Cnaf se mobilise face à ces déviances", a expliqué le président du conseil d'administration de l’organisme.

Pour lutter face à la radicalisation, la police et la justice ne sont pas seuls. Selon des informations du Figaro, à la demande de la secrétaire d'État en charge de la Famille, la Cnaf (Caisse nationale des allocations familiales) a augmenté en 2016 de près de 7% les moyens alloués au Fonds national d'action sociale (Fnas) qui finance les crèches, les centres de loisirs et autres actions en faveur des jeunes, pour un montant de 5,9 milliards d'euros, contre 5,5 milliards en 2014.

Dans ce fonds, l'organisme a inscrit son plan d'action d'un peu plus de 4 millions d'euros pour lutter contre la radicalisation. Pour l'année 2016, deux millions d'euros sont ainsi consacrés à l'éducation numérique ou à des projets promouvant le "vivre ensemble" et le reste servira à accroître les aides à la parentalité. Enfin, 200000 euros de crédits supplémentaires seront accordés par la Cnaf aux 1,3 million d'associations actives que compterait la France. 

Dans le combat contre la radicalisation, l'association peut compter sur l'aide de la direction générale de la sécurité intérieure et de ses différentes antennes locales. ""Il nous est apparu logique que la Cnaf se mobilise face à ces déviances", explique Jean-Louis Deroussen, son président du conseil d'administration. 'À fin 2015, deux tiers des 103 Caisses d'allocations familiales participent aux cellules de veille départementales, contre un quart au début de l'année".

Le Figaro précise que "depuis le début de l'année dernière, 674 personnes présumées parties en zone de guerre en Syrie ou en Irak ont été signalées. Parmi eux, 400 ont vu le versement de leurs prestations suspendu pour cause de départ pour le djihad". 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !