La Bourse de Shanghai a encore reculé de 7,63%, les bourses européennes résistent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Bourse de Shanghai a encore reculé de 7,63%, les bourses européennes résistent
©Reuters

Pas de panique

La Bourse de Shanghai a encore reculé de 7,63%, les bourses européennes résistent

En début de séance ce mardi, la bourse de Paris ne ressentait pas la nouvelle baisse de la bourse chinoise (+2%).

Nouveau coup dur pour la Bourse de Shanghai. L'indice chinois a encore reculé ce mardi de 7,63% à la clôture à 2.965,15 points. Il s'agit de son plus bas niveau depuis décembre 2014. L'indice CSI300 des principales entreprises cotées à Shanghai et Shenzhen a perdu pour sa part 232,61 points (7,1%).

Malgré cela, les Les Bourses européennes résistent ce matin. Peu après l'ouverture, la Bourse de Paris prenait 2%, Francfort 1,74% et Londres 1,5%. Les marchés européens ne reprenaient qu'une faible partie du terrain perdu lundi, qui a été une véritable journée noire sur les places financières mondiales, se traduisant en Europe par des chutes d'environ 5%.

Toujours inquiet par ce qui se passe en Chine, les marchés devraient quoi qu'il arrive rester encore sous pression. Les investisseurs "vont certainement regarder dans la direction de Pékin afin de savoir combien de temps il faudra aux autorités chinoises pour prendre de nouvelles mesures", souligne Michael Hewson, analyste chez CMC Markets. Pour tenter de clamer les marchés, François Hollande, a d'ailleurs estimé lundi à Berlin que l'économie mondiale était "suffisamment solide" pour que sa croissance ne soit "pas seulement liée à la situation en Chine".

A LIRE AUSSI - Pourquoi la tempête boursière est une menace pour l’Europe, et ce n’est pas uniquement à cause de la Chine

A LIRE AUSSI - Le krach de la bourse chinoise peut entraîner le reste du monde dans sa chute

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !