La BCE "ne peut pas laisser l'inflation trop basse trop longtemps" selon l'un des membres du directoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La BCE "ne peut pas laisser l'inflation trop basse trop longtemps" selon l'un des membres du directoire
©

Action

La BCE "ne peut pas laisser l'inflation trop basse trop longtemps" selon l'un des membres du directoire

Peter Praet a confié à Die Zeit que l'institution pouvait encore adopter différentes mesures.

Effets d'annonce avant les élections européennes ou réelle volonté d'intervenir ? Difficile de savoir ce que va vraiment faire la Banque centrale européenne. Sommée d'agir depuis de longues semaines sur l'inflation, Peter Praet, l'un des membres du directoire a estimé dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Die Zeit que la BCE "ne peut pas laisser l'inflation trop basse trop longtemps".

L'économiste explique donc qu"il ne faut pas laissr l'inflation à un niveau trop bas car cela pourrait conduire les entreprises et consommateurs à reporter leurs dépenses, en espérant que la hausse des prix continue de fléchir. Il y aurait alors un risque de déflation. La hausse des prix en zone euro a été de 0,7% en avril, après +0,5% en mars. Soit loin de l'objectif de la BCE de la maintenir proche mais sous 2%.

La BCE mise sur une accélération progressive et pense que l'inflation atteindra 1,6% en 2016. "Depuis le début de l'année, nous avons plutôt observé des surprises à la baisse, c'est-à-dire que l'inflation au cours des derniers mois a été plutôt plus basse qu'attendu. Plus longtemps sa hausse se fait attendre, plus grand est le danger que les anticipations d'inflation se modifient" indique Peter Praet.

Face à ce danger, que faire ? La BCE serait disposée à établir un nouveau prêt à très long terme aux banques pour encourager le crédit, ou baisser ses taux. Par ailleurs, le taux de dépôt actuellement à 0% pourrait, lui, passer négatif, ce qui serait une première pour la zone euro. Une telle mesure, outre qu'elle pourrait pousser les banques à prêter davantage aiderait aussi à faire baisser le niveau de l'euro. Cependant, cela pourrait engendrer une augmentation des taux d'intérêts. Peter Praet a voulu rassurer quant à cette possibilité. "Aux ordres de grandeur dont nous parlons, je ne m'attends pas à cette conséquence" a-t-il dit. Reste dédormais à savoir si comme le disait Mario Draghi la semaine passée, la BCE va agir dès sa prochaine réunion de politique monétaire début juin.

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !