La BCE abaisse son principal taux directeur à 0,15%, plus bas historique, François Hollande salue le geste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mario Draghi
Mario Draghi
©Reuters

A la baisse

La BCE abaisse son principal taux directeur à 0,15%, plus bas historique, François Hollande salue le geste

La Banque centrale européenne (BCE) ramène son taux des dépôts à -0,1%.

Mario Draghi l'avait laissé entendre : "nous sommes conscients du risque d’une période prolongée d’inflation basse". La Banque Centrale Européenne l'a fait. Elle a en effet a abaissé ce jeudi son principal taux directeur à 0,15% lors de sa réunion mensuelle de politique monétaire. Il s'agit d'un plus bas historique. 
Par ailleurs, elle a ramené son taux des dépôts à -0,1%. C'est le taux auquel la BCE rémunère les liquidités placées par les banques auprès d'elle pour 24 heures. Il était à 0% depuis juillet 2012. L'objectif de la manoeuvre est d'éloigner la menace déflationniste. 
La BCE a également abaissé son taux de prêt marginal à 0,40% (contre 0,75%). Préoccupée par l'inflation dans la zone euro, la BCE s'est donc décidée à agir. François Hollande a commenté cette décision ce jeudi après-midi. "Le rôle des banques centrales est déterminant et je veux saluer les décisions que la Banque centrale européenne a prises aujourd'hui, baissant les taux d'intérêt et améliorant le financement de l'économie" a indiqué le chef de l'Etat depuis Bruxelles.

La BCE "a eu conscience que le danger, ce n'est pas l'inflation, c'est la déflation, le risque que les économies ne repartent suffisamment, que les entreprises ne parviennent pas à se financer. La croissance sera d'autant plus vigoureuse qu'il y aura des politiques de change équilibrées et des politiques monétaires tenant compte du risque de déflation que nous avons relevé dans plusieurs parties du monde et notamment en Europe" a conclu le président.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !