Effondrement des places européennes après les déclarations de Mario Draghi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Effondrement des places européennes après les déclarations de Mario Draghi
©

Attendu

Effondrement des places européennes après les déclarations de Mario Draghi

Le président de la Banque centrale européenne a confirmé ce jeudi que l'institution pourrait racheter des obligations souveraines de certains pays, allant donc au-delà de son rôle principal.

[Mis à jour à 15h35]

Après les déclarations du président de la BCE Mario Draghi, les marchés se sont effondrés. La Bourse de Madrid a en effet perdu 5,06%, Milan plus de 3%, Francfort 1,5% et Paris 1,49%.

[Mis à jour à 15h]

Les bourses européennes semblent être déçues de l'intervention de Mario Draghi : le CAC 40 a décroché de 1,5% juste après sa déclaration, tandis que celle de Madrid s'écroulait de 3% dans le même laps de temps.

[Mis à jour à 14h50]

Mario Draghi a déclaré que la Banque centrale européenne était "prête à intervenir sur le marché obligataire", confirmant donc qu'elle pourrait racheter des obligations souveraines de certains pays, comme la Grèce et l'Espagne, sur le marché secondaire de la dette publique et ainsi aller au-delà de son rôle principal, assurer la stabilité de l'euro.

La Banque centrale européenne (BCE) a en effet annoncé ce jeudi sans surprise qu'elle maintenait son principal taux directeur à 0,75%, niveau auquel il avait été ramené en juillet. Ce taux correspond à son plus bas niveau historique.

Les analystes et surtout les marchés attendent davantage les actes qui colleront aux paroles du président de la BCE Mario Draghi qui avait annoncé la semaine dernière qu'il était prêt à tout faire pour se porter au secours de la zone euro.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !