L'État va devenir le premier actionnaire d'Air France qui va céder 18 de ses créneaux horaires à l'aéroport d'Orly | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bruno Le Maire
Bruno Le Maire
©Capture d'écran France Inter

Survie

L'État va devenir le premier actionnaire d'Air France qui va céder 18 de ses créneaux horaires à l'aéroport d'Orly

L'État français va posséder près de 30%" du capital d'Air France, contre 14,9% actuellement

Invité de France Inter ce mardi matin, Bruno Le Maire annonce qu'après plusieurs semaines de discussions avec la Commission européenne, l'aide accordée à Air France va évoluer : "C'est une bonne nouvelle pour Air France et pour tous les Français. Nous avions fait un prêt de trois milliards d'euros sur quatre ans. Ce prêt, nous allons le transformer en participation de l'État, en fonds propre, dans l'entreprise. Ils vont devenir une aide définitive. C'est une aide de long terme. Deuxième soutien, nous allons monter au capital d'Air France : cette augmentation de la participation de l'Etat pourra aller jusqu'à près d'un milliard d'euros"

"Nous allons céder 18 créneaux d'Air France sur Orly. Pourquoi la négociation avec la Commission européenne a été si longue et si dure ? La Commission nous en demandait 24, cela semblait excessif. 18, c'est un chiffre raisonnable, qui représente 4% des créneaux dont dispose Air France sur Orly", a expliqué le ministre de l'Economie

Bruno Le Maire a ajouté : "Nous avons souhaité que les compagnies qui puissent récupérer ces créneaux respectent rigoureusement les règles sociales ou fiscales de l'État français. C'aurait été de la concurrence injuste".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !