L'Etat injecte 3 milliards d'euros dans le sauvetage EDF | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'Etat injecte 3 milliards d'euros dans le sauvetage EDF
©REUTERS/Stephane Mahe

Il faut sauver...

L'Etat injecte 3 milliards d'euros dans le sauvetage EDF

La décision a été entérinée à l'issue du conseil d’administration d’EDF vendredi 22 avril.

L'Etat-actionnaire s'est engagé. Il va accroître sa participation à hauteur de 3 milliards d'Euros lors d'une prochaine augmentation de capital d'EDF.

Afin de sortir le groupe EDF de sa situation financière, le conseil d'administration vise une recapitalisation totale d'un montant de 4 milliards d’euros, d’ici février 2017, date de clôture de ses comptes 2016, pour l'instant dans le rouge.

Pour soutenir un peu plus le groupe, l'Etat touchera pour les deux années à venir ses dividendes sous forme d'actions plutôt qu'en numéraire, comme il l'a fait cette année.

Actionnaire majoritaire, l'Etat devrait le rester au sein d'EDF, détenant 85% du capital du groupe.

Parmi les autres mesures annoncées dans le plan de sauvetage de la compagnie d'électricité de France, le renforcement du plan d'économies annoncé début 2016, qui passe d'un objectif de 700 millions à 1 milliard d'euros de réductions de coûts d'ici à 2019.

EDF a aussi vu son équilibre s'écrouler suite à une chute des prix de l'électricité en Europe. Pour apurer ses comptes, le groupe doit entamer un programme de cession d'actifs. Dix milliards d'euros devraient être récupérés au total, notamment par l'intermédiaire de la vente d'une partie de ses actions au sein du Réseau de transport d’électricité (RTE), qui gère les lignes à haute tension en France. EDF devrait par ailleurs se séparer de certaines centrales à charbon en Pologne, et stopper certaines activités d'exploration et de production d'hydrocarbures.

Enfin, EDF prévoit une baisse de 2 milliards d'euros par an de ses investissements à l'horizon 2018.

Les décisions prises lors du conseil d'administration ne devraient toutefois pas entraver d'autres projets du groupe, comme le déploiement du compteur Linky ou encore la construction de deux réacteurs nucléaires à Hinkley Point, au Royaume-Uni.

Le lancement de ce projet de 24 milliards d'euros sera toutefois reporté à plusieurs mois au mieux, comme l'a annoncé le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy. Une mesure qui permettra en outre d'installer un dialogue avec le personnel d'EDF et les syndicats, hostiles à cet investissement stratégique.

A LIRE AUSSI : L’Etat est-il en train de pousser EDF à la faillite ?

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !