L'Espagne contourne l'embargo européen sur les ventes d'armes au Venezuela | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Espagne contourne l'embargo européen sur les ventes d'armes au Venezuela
©ANDREW ALVAREZ / AFP

Arrête ton char

L'Espagne contourne l'embargo européen sur les ventes d'armes au Venezuela

Le contrat porte sur 20 millions d'euros de pièces détachées de chars français AMX-30.

Le 14 novembre 2017, l'Union Européenne a interdit les exportations de matériel militaire vers le Venezuela, en raison de la détérioration de la situation sociale et humanitaire dans le pays, et afin d'éviter que ces équipements ne soient utilisés pour la répression. Cette décision se situe dans la continuité de la position commune 2008/944/PESC du Conseil européen et du Traité sur le commerce des armes (TCA), qui stipulent que des équipements militaires ne doivent pas être exportés si leur destinataire risque de les utiliser pour commettre des violations des droits de l'homme.

Mais durant le premier trimestre 2018, le conseil interministériel espagnol chargé des contrats d'armements a approuvé un contrat de 20 millions d'euros avec Caracas, portant sur la modernisation de 86 tanks français AMX-30. Les autorités espagnoles assurent que que le contrat a été signé avant l'entrée en vigueur de l'embargo. Une telle exception est effectivement prévue par l'Union Européenne. Mais selon El País, un tel contrat n'entre pas en vigueur (et n'est donc pas considéré comme "signé" tant qu'il n'est pas approuvé par le conseil interministériel, qui accorde alors la licence d'exportation. 

L'ONU estime que le nombre de réfugiés et migrants vénézuéliens devrait atteindre 5,3 millions de personnes fin 2019, en raison de la grave crise économique et politique traversée par le pays depuis 2015.

El País

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !