L’Assurance-maladie tente d'estimer l’ampleur de la fraude aux prestations sociales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Assurance-maladie
Assurance-maladie
©Assurance-maladie

Escroqueries

L’Assurance-maladie tente d'estimer l’ampleur de la fraude aux prestations sociales

Elle s'est penchée sur la complémentaire santé solidaire (C2S) et sur les infirmiers libéraux

Il est très difficile d'estimer le montant de la fraude aux prestations sociales : le magistrat Charles Prats (qui faisait partie de l'équipe de Valérie Pécresse pendant la campagne à l'élection présidentielle) l’évalue à quelque 30 milliards d’euros.

Ce chiffre est contesté par les organismes sociaux concernés. L'un d'entre eux, l'Assurance-maladie tente d'estimer la situation dans certains secteurs signale Le Figaro.

Son directeur général, Thomas Fatôme,  a donné des informations à son conseil d’administration, qui portent sur la fraude à la complémentaire santé solidaire (C2S) - une mutuelle gratuite pour les plus modestes -, et sur la fraude des infirmiers libéraux.

"Sur la C2S, qui bénéficie à 5,5 millions de personnes, la fraude, calculée sur 10.700 dossiers contrôlés de façon aléatoire, se situe entre 1,22 % et 8,7 %, soit un préjudice financier compris entre 25 et 176,5 millions d’euros. "

"Dans 15 % des cas, les fraudeurs ont minimisé leurs revenus, souvent liés au travail au noir. En cas de fraude, la pénalité moyenne s’est élevée à 1100 euros en 2021".

"Autre type de fraude: celui des infirmiers libéraux. Sur 90.000 professionnels en activité, 1370 (1,4 %) ont été épinglés en 2018. À partir de cet échantillon, l’Assurance-maladie a évalué la fraude, selon deux méthodes statistiques, entre 5 % et 6,9 %, soit 286 à 393 millions d’euros". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !