L'Assemblée nationale vote l'interdiction du téléphone portable à l'école | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
L'Assemblée nationale vote l'interdiction du téléphone portable à l'école
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Fin de la récréation

L'Assemblée nationale vote l'interdiction du téléphone portable à l'école

Une proposition de loi de La République En Marche visant à interdire les téléphones portables dans les écoles et les collèges a été votée ce jeudi 7 juin.

La fin du téléphone portable à l'école pourrait bien devenir une réalité dès la rentrée prochaine pour le plus grand bonheur des professeurs et du ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.  

L'Assemblée nationale a en effet voté, ce jeudi 7 juin, une proposition de loi émanant de La République En Marche (LREM). Ce texte vise à une "interdiction effective" des téléphones portables dans les écoles et collèges à la rentrée prochaine. Ce projet de loi est défendu par le gouvernement comme "un signal à la société".
Le texte a été adopté à la suite d'un vote à main levée en première lecture. Cette proposition de loi a récolté les voix des élus de la majorité LREM et MoDem et de l'UDI-Agir. Tous les autres groupes ont en revanche dénoncé une proposition "inutile". Le groupe Les Républicains a même parlé d'une "tartufferie" qui revient à une "simple opération de communication".
La mesure ne concerne donc pas les élèves du lycée. L'interdiction du portable aux enseignants, réclamée par certains députés, a été abandonnée par le ministre de l'Éducation nationale. Jean-Michel Blanquer s'est exprimé dans l'hémicycle à ce sujet : 
"Il est important de faire une distinction entre les règles qui s'appliquent aux élèves et celles qui s'appliquent aux adultes".
Le code de l'éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables "durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur". Mais le ministre a défendu le besoin "d'une base juridique beaucoup plus solide".
Un amendement LREM, similaire à un amendement UDI-Agir, a été adopté pour faire inscrire dans la loi la possibilité pour le personnel enseignant de confisquer les portables. Le ministre s'y est montré favorable, jugeant important de donner une base juridique "robuste pour la confiscation", Les Républicains ont  jugé  la mesure "inutile", puisque déjà possible.
Reste à savoir si cette loi sera appliquée à la lettre dès la rentrée prochaine. Le corps enseignant et les surveillants risquent de rencontrer d'importantes difficultés pour obliger les jeunes à se défaire physiquement de leurs précieux téléphones.  
Lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !