L'ancienne fiancée de Salah Abdeslam témoigne : "il préfèrerait encore mourir" que de se rendre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'ancienne fiancée de Salah Abdeslam témoigne : "il préfèrerait encore mourir" que de se rendre
©

Confessions

L'ancienne fiancée de Salah Abdeslam témoigne : "il préfèrerait encore mourir" que de se rendre

La jeune femme s'est confiée à la presse belge sur le garçon, à l'époque "adorable", et qui sortait "avec ses amis presque tous les soirs".

Interrogée par le chercheur flamand d'origine palestinienne Montasser Alde'emeh, l’ancienne fiancée de Salah Abdeslam s'est confiée en exclusivité pour le journal belge Knack (traduit en français sur le site de Le Vif) sur sa relation avec le terroriste présumé, recherché pour son implication dans les attentats du 13 novembre à Paris. Sous couvert d'anonymat, la jeune femme, qui se décrit comme une victime, raconte comment elle a rencontré Salah Abdeslam à 15 ans, lorsque lui en avait 18. Elle a souhaité parler, car  à Molenbeek, où elle vit, on la "regarde autrement. Certains avec compassion, d'autres "d'un air réprobateur". 

Le portrait qu’elle dresse de l’homme ne ressemble pas à celui d’un djihadiste présumé, poursuivi par toutes les polices d’Europe. "Quand je l'ai rencontré, il n'avait rien à voir avec ce qu'il est maintenant. Il vivait près de chez nous. Il était très sympa et adorable." Pour elle, le jeune homme avait une vie normale, malgré certaines fréquentions. "Il vivait sa vie, comme la plupart de jeunes, ici, à Molenbeek. Il sortait avec ses amis presque tous les soirs", confie-t-elle. À l'époque, il fréquentait déjà Abdelhamid Abaaoud à qui elle reproche de n’avoir "de respect pour personne" et d'avoir eu une mauvaise influence sur son petit-ami.

A LIRE AUSSI : notre dossier complet sur les attaques terroristes de Paris

Puis, la petite amie évoque leur dernière rencontre, trois jours avant les attentats de Paris et Saint-Denis. "Les derniers mois, il se comportait tout à fait normalement. Mais quand nous sommes allés dîner ensemble le 10 novembre, je voyais bien que ça ne tournait pas rond. Il n'avait pas très faim, il semblait malheureux mais me disait de ne pas m'en faire, que tout allait bien, se souvient la jeune femme. Je lui ai dit que ça m'inquiétait quand il disparaissait parfois sans crier gare, et qu'il ne faisait rien pour retrouver un boulot fixe. J'ai commencé à pleurer. Lui aussi. Il m'a dit que s'il ne parvenait pas à m'épouser dans cette vie, on se marierait au paradis."

La jeune femme annonce qu’elle veut désormais tourner la page et envoie un message à son ex-fiancée. "J'ai honte pour toi ! Je n'ai plus rien à te dire, à part ceci : Sache que je vais commencer une nouvelle vie, et que tu n'y as pas ta place." Et lorsqu’on lui demande si elle lui conseille de se rendre, elle répond laconiquement : "Je crois qu'il préfère mourir." 

Lu sur Le Vif.be

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !