L'Académie de médecine pointe du doigt l'excès de bilans médicaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'Académie de médecine remet en questions les bilans de santé inutiles
L'Académie de médecine remet en questions les bilans de santé inutiles
©Reuters

Excessif

L'Académie de médecine pointe du doigt l'excès de bilans médicaux

Un rapport de l'Académie de médecine dresse un bilan sur les dérives concernant les bilans médicaux inutiles.

Trop c'est trop. L'Académie de médecine a tenu à remettre en question l'utilité des bilans de santé gratuits proposés par la Sécurité sociale. Presque 600 000 personnes sont concernées par cela tous les ans. "Or, une étude très récente, publiée par la Cochrane Library et portant sur 182 880 cas, conclut que cette pratique ne réduit pas la morbidité et la mortalité, ni globalement, ni pour les pathologies cancéreuses, ni pour les maladies cardiovasculaires", explique-t-on. Dans un rapport accablant intitulé "Améliorer la pertinence des stratégies médicales", l'instance a rendu public le 10 avril des dérives sources "d'inflation de dépenses" pour les collectivités sans "pour autant apporter de bénéfices aux patients".

Dans ce texte, elle dénonce le fait qu'il "n’y a pas de prescription faite en dehors d’un docteur en médecine ou en dentaire, ce qui souligne la responsabilité du corps médical dans les dérives". Dans le viseur de l'Académie de médecin, le fait que l'examen clinique du patient soit insuffisamment pris en compte. Pourtant, ce dernier fait partie de la stratégie de prise en charge du patient. En ce qui concerne l'Assurance maladie, elle compte désormais orienter ces bilans de santé gratuits vers des populations ciblées par l'âge et les conditions sociales. L'académie ne trouve pas non plus normal que la Sécu rembourse la répétition abusive, et potentiellement nocive, de mammographies effectuées en dehors du cadre du dépistage organisé du cancer du sein.

Ces excès pourraient s'expliquer, selon l'instance, par "le principe de précaution, le risque de judiciarisation voire le consumérisme médicale".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !