Koh-Lanta : Gérald Babin aurait été victime d'une "défaillance cardiaque" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Gérald Babin aurait été victime d'une défaillance cardiaque
Gérald Babin aurait été victime d'une défaillance cardiaque
©Capture d'écran/Youtube

Autopsie suite

Koh-Lanta : Gérald Babin aurait été victime d'une "défaillance cardiaque"

Le parquet de Créteil a rendu public ce vendredi un pré-rapport d'autopsie du corps de Gérald Babin. Les conclusions montrent que le candidat de Koh-Lanta a été victime d'une "défaillance cardiaque".

Comment et pourquoi Gérald Babin est mort ? Ces questions la famille et les proches du candidat de Koh-Lanta se les posent tous les jours. Depuis l'annonce de son décès de multiples versions circulent : prise d'anabolisants, défaillance du médecin, mauvaise gestion de la production.... Difficile de dénicher le vrai du faux dans cette histoire. Ce vendredi le parquet de Créteil donne de nouvelles informations. Selon les conclusions d'un pré-rapport d'autopsie qu'il a en sa possession, le parquet indique que le décès de Gérald Babin est imputable à "une défaillance cardiaque sur cardiopathie dilatée", une pathologie du cœur.

Les examens médico-légaux n'ont pas conduit à la découverte de traces d'anabolisants ou de "substance médicamenteuse toxique ou stupéfiante" dans le corps de Gérald Babin, selon un communiqué transmis par le procureur de la République de Créteil, Nathalie Bécache.

Résidant à Villejuif (Val-de-Marne), Gérald Babin avait succombé le 22 mars à une crise cardiaque au premier jour de tournage de la 16e saison de l'émission phare de télé-réalité de TF1, dans l'île de Koh Rong, au large de Sihanoukville (sud) au Cambodge. Son corps est arrivé jeudi matin à l'aéroport de Roissy. Sa mort avait précédé le suicide du médecin de l'émission, Thierry Costa.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !