Kim Kuk-song, un transfuge du régime de Pyongyang, se confie sur la Corée du Nord de Kim-Jong-un | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des gens participent à une cérémonie devant les statues des dirigeants nord-coréens Kim-Il Sung et Kim-Jong Il à Mansu Hill alors que la Corée du Nord célèbre son 76e jour de la libération nationale, à Pyongyang le 15 août 2021.
Des gens participent à une cérémonie devant les statues des dirigeants nord-coréens Kim-Il Sung et Kim-Jong Il à Mansu Hill alors que la Corée du Nord célèbre son 76e jour de la libération nationale, à Pyongyang le 15 août 2021.
©KIM WON JIN / AFP

Drogue, communisme et espionnage

Kim Kuk-song, un transfuge du régime de Pyongyang, se confie sur la Corée du Nord de Kim-Jong-un

Kim Kuk-song a gravi les échelons des puissantes agences d'espionnage de la Corée du Nord sur près de 30 ans. Il a fait d’importantes révélations sur le régime nord-coréen auprès de la rédaction de la BBC.

Kim Kuk-song a passé 30 ans à gravir les échelons des puissantes agences d'espionnage de la Corée du Nord. Il s’est confié à la BBC sur le régime nord-coréen. Selon lui, les agences pour lesquelles il travaillait étaient « les yeux, les oreilles et le cerveau du chef suprême ». Il affirme notamment avoir gardé leurs secrets, envoyé des assassins pour tuer certains détracteurs et avoir construit un laboratoire illégal de fabrication de drogues pour aider à réunir des fonds « révolutionnaires ».

L'ancien colonel en chef s’est donc confié à la BBC. Kim Kuk-song a dû fuir pour sa vie en 2014. Il vit depuis à Séoul et travaille dorénavant pour les services de renseignement sud-coréens. La BBC a réussi à vérifier son identité et à trouver des preuves corroborant ses allégations.

Selon Kim Kuk-song, le pouvoir nord-coréen serait prêt à tout pour gagner de l'argent par tous les moyens possibles, du trafic de drogue aux ventes d'armes au Moyen-Orient et en Afrique. 

D’après Kim Kuk-song, les réseaux d'espionnage et les cyber-réseaux de la Corée du Nord peuvent atteindre le monde entier.

Les dernières années de Kim Kuk-song au sein de la principale unité de renseignement de Corée du Nord offrent un aperçu du début de mandat de l'actuel dirigeant, Kim Jong-un. Il décrit un jeune homme désireux de faire ses preuves en tant que « guerrier ».

La Corée du Nord a créé une nouvelle agence d'espionnage, le Bureau général de reconnaissance, en 2009, au moment où Kim Jong-un était préparé à succéder à son père, victime d'une attaque cérébrale.

Le chef du bureau était Kim Yong-chol, qui reste l'un des plus fidèles collaborateurs du dirigeant nord-coréen. La chaîne de commandement aurait notamment reçu l'ordre de former un « groupe de travail sur la terreur » pour tuer un ancien fonctionnaire nord-coréen qui avait fait défection au Sud :

« Une « Terror Force » a été formée pour assassiner Hwang Jang-yop en secret. J'ai personnellement dirigé et exécuté le travail ».

Hwang Jang-yop était autrefois l'un des fonctionnaires les plus puissants du pays. Il a été l'un des principaux architectes de la politique nord-coréenne. Sa défection vers le Sud en 1997 n'a jamais été pardonnée. Une fois à Séoul, il s'est montré extrêmement critique à l'égard du régime.

La tentative d'assassinat a mal tourné. Deux responsables de l'armée nord-coréenne purgent toujours une peine de 10 ans de prison à Séoul pour ce complot. Pyongyang a toujours nié son implication et affirmé que la Corée du Sud avait mis en scène cette tentative d’assassinat.

Le témoignage de Kim Kuk-song semble indiquer le contraire :

« En Corée du Nord, le terrorisme est un outil politique qui protège la plus haute dignité de Kim Jong-il et Kim Jong-un. C'était un cadeau pour démontrer la loyauté du successeur envers son grand leader ».

En 2010, un navire de la marine sud-coréenne, le Cheonan, a coulé après avoir été touché par une torpille. Quarante-six personnes ont perdu la vie lors de cette catastrophe. Pyongyang a toujours nié son implication. La même année, des dizaines d'obus d'artillerie nord-coréens ont touché l'île sud-coréenne de Yeongpyeong. Deux soldats et deux civils ont été tués.

Kim Kuk-song a déclaré qu'il n'était « pas directement impliqué dans les opérations sur l'île du Cheonan ou de Yeonpyeong », mais qu'elles « n'étaient pas un secret pour les officiers du RGB, elles étaient traitées avec fierté, quelque chose dont on pouvait se vanter ».

Ces opérations n'auraient pas eu lieu sans ordres venant d'en haut, selon lui :

« En Corée du Nord, même lorsqu'une route est construite, elle ne peut l'être sans l'approbation directe du chef suprême. Le naufrage du Cheonan et le bombardement de l'île de Yeongpyeong ne peuvent être réalisés par des subalternes. Ce genre de travail militaire est conçu et mis en œuvre par les ordres spéciaux de Kim Jong-un ».

Kim Kuk-song a également confié que des missions d’espionnage étaient régulièrement menées :

« Il y a de nombreux cas où j'ai demandé à des espions de se rendre en Corée du Sud et où j'ai effectué des missions opérationnelles par leur intermédiaire. (…) Je peux vous dire que des agents nord-coréens jouent un rôle actif dans diverses organisations de la société civile ainsi que dans des institutions importantes en Corée du Sud ».

La Corée du Nord est l'un des pays les plus pauvres et les plus isolés du monde. Mais de précédents transfuges ont averti que Pyongyang a créé une armée de 6 000 hackers qualifiés.

Les responsables de la sécurité britannique estiment qu'une unité nord-coréenne connue sous le nom de Lazarus Group est à l'origine d'une cyberattaque qui a paralysé une partie du NHS et d'autres organisations dans le monde en 2017.

Kim Jong-un a récemment annoncé que le pays était à nouveau confronté à une crise. En avril, il a appelé son peuple à se préparer à une nouvelle « marche ardue », une référence à la famine désastreuse dans les années 1990.

À l'époque, Kim Kuk-song faisait partie du département des opérations et avait pour mission de collecter des « fonds révolutionnaires » pour le chef suprême. Il a ainsi vendu de la drogue :

« La production de drogue dans la Corée du Nord de Kim Jong-il a atteint son apogée pendant la Marche laborieuse. A cette époque, le département opérationnel était à court de fonds révolutionnaires pour le chef suprême. Après avoir été affecté à cette tâche, j'ai fait venir trois étrangers en Corée du Nord, j'ai construit une base de production dans le centre de formation du bureau de liaison 715 du Parti du travail et j'ai produit de la drogue. C'était de l'ICE (crystal meth). Ensuite, nous pouvions l'encaisser en dollars pour la présenter à Kim Jong-il ».

Kim Kuk-song s’est confié sur les ressources financières du pays :

« Pour vous aider à comprendre, tout l'argent en Corée du Nord appartient au leader nord-coréen. Avec cet argent, il construit des villas, achète des voitures, de la nourriture, des vêtements et profite du luxe ».

Une autre source de revenus, selon Kim Kuk-song, provenait des ventes illégales d'armes à l'Iran, gérées par le département des opérations.

Kim Kuk-song affirme aussi que la tante de Kim Jong-un lui a confié une voiture Mercedes-Benz et l'a autorisé à voyager librement à l'étranger pour collecter des fonds pour le dirigeant nord-coréen. Kim Kuk-song dit avoir vendu des métaux rares et du charbon pour récolter des millions en espèces, qu'il ramenait au pays dans une valise.

Après son accession au pouvoir en 2011, Kim Jong-un a décidé de purger ceux qu'il percevait comme une menace, y compris son propre oncle, Jang Song-thaek. En décembre 2013, Jang Song-thaek a été exécuté.

Kim Kuk-song a donc décidé d'élaborer un plan pour fuir avec sa famille en Corée du Sud.

Pour retrouver l’article de la BBC, cliquez ICI

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !