Journée de la jupe à Nantes : confrontation entre des lycéens et des personnes de milieux traditionnels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Journée de la jupe à Nantes : confrontation entre des lycéens et des personnes de milieux traditionnels
©

Polémique

Journée de la jupe à Nantes : confrontation entre des lycéens et des personnes de milieux traditionnels

De nombreux jeunes garçons ont porté la jupe en signe de solidarité avec les femmes. Cette opération a été fortement contestée par des "Sentinelles" et des "Nantais pour la famille" qui manifesté. Les forces de l'ordre ont dû intervenir.

"Pas de fachos dans nos quartiers !" Ce vendredi, la journée de la jupe a failli dégénérer à Nantes, où plusieurs centaines de lycéens, accompagnés de militants anarchistes, se sont lancés à l'assaut de "Sentinelles" et de "Nantais pour la famille". Ces derniers s'apprêtaient à manifester devant le lycée Clémenceau contre l'opération "Ce que soulève la jupe", où plusieurs jeunes garçons portent la jupe en signe de solidarité avec les femmes. Les forces de l'ordre se sont alors interposées et le calme est revenu quelques minutes plus tard.  

"Le ministère de l'Éducation parraine cette action, cette journée ne doit pas être banalisée, ce n'est pas en se mettant en jupe qu'on défend le droit des femmes", s'est insurgé sur place, avant d'aller manifester devant l'académie, François Norac, membre de "Nantais pour la famille". "C'est une manipulation des élèves, on leur fait croire qu'on va travailler sur l'égalité en déviant vers cette indifférenciation entre les personnes", a-t-il ajouté. Face à lui, plusieurs centaines de lycéens ont attendu qu'il s'éloigne avec une vingtaine d'autres militants avant de regagner leur lycée. 

De nombreux jeunes avaient écrit le mot "égalité" sur leur buste ou dessiné les symboles des filles ou des garçons sur leurs joues. L'opération "Ce que soulève la jupe", lancée par des lycéens élus, et acceptée par l'académie de Nantes, implique 27 des 220 lycées de l'académie. Depuis plusieurs jours, la Manif pour tous et d'autres groupes anti-mariage homosexuels critique cette opération, qui, selon eux, propage la "théorie du genre" et de nie les différence sexuelles.

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !