Joe Biden nie les accusations : "Ce n'est jamais arrivé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Joe Biden nie les accusations : "Ce n'est jamais arrivé"
©

Agression sexuelle

Joe Biden nie les accusations : "Ce n'est jamais arrivé"

Joe Biden a nié avoir agressé sexuellement un ancien membre du personnel du Sénat et a demandé ce vendredi la publication des documents l'innocentant

"Ce n'est pas vrai", a déclaré ce vendredi le candidat favori des Démocrate aux présidentielles Joe Biden dans l'émission "Morning Joe" sur une chaîne de télévision américaine, à propos des allégations de Tara Reade, un ancien membre du personnel du Sénat. "Je dis sans équivoque que ça n'est jamais arrivé et que ça n'est pas arrivé", a appuyé Biden. 

Tara Reade accuse le candidat démocrate de l'avoir agressée sexuellement lorsqu'elle travaillait dans le bureau de Biden au Sénat en 1993. Selon les dires de la jeunes femme, il l'aurait poussée contre un mur dans un immeuble de bureaux,  et aurait mis sa main sous sa jupe.

"Depuis le tout début, je dis que croire les femmes, c'est prendre au sérieux la revendication de la femme lorsqu'elle s'avance, puis l'examiner, la vérifier. C'est vrai dans ce cas également. Les femmes ont le droit d'être entendues et la presse doit enquêter rigoureusement sur les allégations qu'elles font", a déclaré M Biden. "Mais en fin de compte, dans chaque cas, c'est la vérité qui compte et dans ce cas, la vérité est que les affirmations sont fausses".

Mme Reade a déclaré qu'elle avait signalé l'incident à trois cadres supérieurs du bureau de M Biden, qui ont tous nié en avoir été informés. Elle dit également avoir déposé une plainte de harcèlement plus formelle au Sénat, mais ni elle ni le bureau du Sénat concerné n'en ont une copie.

Biden a déclaré penser qu'il n'existe "aucune trace de cette plainte" et a demandé aux Archives nationales, qui conservent les archives du personnel du Sénat, de divulguer toute trace de la plainte si elles en ont une.

Malgré le manque de preuves, de nombreuses personalités démocrates reconsidèrent désormais leur soutien à leur candidat de prédilection pour les prochaines présidentielles américaines. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !