Jihad en Syrie : les sept suspects interpellés à Strasbourg ont été mis en examen et écroués | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Jihad en Syrie : les sept suspects interpellés à Strasbourg ont été mis en examen et écroués
©

Justice

Jihad en Syrie : les sept suspects interpellés à Strasbourg ont été mis en examen et écroués

Le coup de filet avait été réalisé mardi à l'aube dans une cité HLM du quartier populaire strasbourgeois de la Meinau.

Il y a deux semaines, Bernard Cazeneuve présentait son plan anti-jihad. Un dispositif dont le ministre de l’Intérieur voit, semble-t-il, déjà les retombées. En effet, ce mardi, sept personnes ont été arrêtées à Strasbourg car soupçonnées de s’être rendues en Syrie pour y mener le jihad. On a appris ce samedi que ces sept suspects ont été mis en examen et écroués.  Le coup de filet avait été réalisé mardi à l'aube dans une cité HLM du quartier populaire strasbourgeois de la Meinau dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Paris. Bernard Cazeneuve avait affirmé dans la foulée qu'il s'agissait "d'une nouvelle démonstration de la détermination totale du gouvernement de lutter contre le terrorisme et l'embrigadement des jeunes".  

Concrètement, placés mardi en garde à vue, les sept suspects ont été présentés vendredi après-midi à une juge d'instruction parisienne qui les a mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Un magistrat spécialisé a décidé de leur placement en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet.

Selon Europe 1 qui avait révélé l’information mardi,  les suspects font partie d’un groupe de 14 jeunes hommes partis en Syrie en décembre 2013. Ils avaient fait croire à leurs parents qu'ils se rendaient à Francfort, en Allemagne, avant de prendre des vacances à Dubaï, fin 2013. En réalité, ils auraient pris l’avion pour Antalya, au sud de la Turquie, avant de rejoindre d'autres djihadistes dans un camp d’entraînement, avec pour destination finale la Syrie. Ils sont "susceptibles d'avoir rejoint un camp d'entraînement", a précisé une source policière. Ils se sont "beaucoup manifestés" sur internet où ils auraient pris attache avec une filière d'embrigadement. 

Selon une source proche du dossier relayée par L’Express, l'information judiciaire vise aussi un certain Mourad Fares, 29 ans, originaire de Haute-Savoie et considéré par les services français comme un important "facilitateur". Cet individu recruterait des Français via les réseaux sociaux et se trouverait toujours en Syrie. 

 

lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !