Jeux Olympiques de Sotchi : le pirate de l’air poursuivi pour "menace d'acte terroriste" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Jeux Olympiques de Sotchi : le pirate de l’air poursuivi pour "menace d'acte terroriste"
©

Peur bleue

Jeux Olympiques de Sotchi : le pirate de l’air poursuivi pour "menace d'acte terroriste"

Vendredi soir, un Ukrainien a tenté de détourner un avion sur Sotchi avant d’être maîtriser et arrêté.

Grosse frayeur dans les airs ce vendredi soir. En effet, au moment même où se déroulait la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi, un individu a tenté de détourner un avion afin de se rendre sur place. A bord d’un avion reliant Kharkiv (Ukraine) à Istanbul, un Ukrainien a essayé de rentrer dans le cockpit en criant « Allons à Sotchi », où les présidents russe et ukrainien en ont profité pour s’entretenir sur la situation dans le pays. Il a été maîtrisé et arrêté à l’atterrissage de l’engin à Istanbul. Cet homme fait l'objet d'une enquête pour "menace de commettre un acte terroriste et tentative de détournement d'avion", ont annoncé samedi les services spéciaux ukrainiens.

"Il exigeait de dérouter l'avion vers Sotchi où, selon lui, se trouvaient Poutine et Ianoukovitch qui, selon lui, ont du sang sur les mains", a déclaré Maxime Lenko, chef du département des enquêtes des services spéciaux ukrainiens (SBU), lors d'une conférence de presse. Le responsable des services spéciaux a indiqué que le pirate de l'air était un habitant de Kharkiv né en 1969. "Il exigeait la libération de tous les otages en Ukraine et dans le cas contraire il menaçait de faire exploser l'avion".

L'opposition ukrainienne considère comme "otages" du pouvoir les manifestants arrêtés lors des heurts. Selon la loi ukrainienne, ce pirate de l’air risque un maximum de dix ans de prison pour les faits qui lui sont reprochés.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !